fbpx

Le 22 mars dernier,  la majorité du Grand Conseil genevois acceptait la motion M 2489 « Pas de centre fédéral d’attente et de départ à Genève », invitant le Conseil d’Etat à renoncer à la construction d’un centre fédéral d’attente et de départ pour les requérants d’asile au Grand-Saconnex. Plus d’un mois plus tard, le Conseil d’Etat annonce par voie de communication officielle que le Secrétariat d’État aux migrations (SEM) est sur le point de lancer la procédure d’approbation des plans du centre fédéral pour requérants d’asile (CFA), faisant l’objet d’un point presse, conjoint avec le Conseil d’Etat genevois, fixé ce mercredi après-midi 15 mai.

Les partis qui ont soutenu la motion, à savoir les Verts, les Socialistes, Ensemble à gauche et le PDC demandent des explications au Conseil d’Etat sur cette démarche surprenante : comment le Conseil d’Etat justifie-t-il l’organisation d’une telle conférence de presse, alors qu’une motion l’invitant à renoncer à la construction du centre CFA lui a été remise et qu’un rapport de sa part est attendu ?

Veuillez trouver ci-joint  la lettre ouverte que ces quatre partis ont envoyé au Conseil d’Etat ainsi que le communiqué de la Coordination asile, dont ces quatre partis sont membres, dénonçant le projet de centre CFA, que vous pourrez lire dans ce lien : https://coordination-asile-ge.ch/pourquoi-les-genevois-e-s-ne-veulent-pas-dun-centre-federal-de-renvoi-au-grand-saconnex/

Par ailleurs, Le Conseil d’Etat a répondu à la motion « pour une application digne et humaine de la politique d’asile » votée par une majorité du Grand Conseil en octobre 2018. Pour rappel, la motion invite le collège gouvernemental à renoncer à l’exécution de renvois Dublin lorsque la situation familiale l’exige, en vertu de l’article 17 du Règlement Dublin III. Elle visait aussi à recréer la Délégation du Conseil d’Etat aux réfugiés telle qu’elle existait par le passé sur ces questions, afin de relancer le dialogue et la négociation avec les autorités fédérales sur les questions de renvois. Elle demandait enfin des précisions au gouvernement quant à la manière dont il entend appliquer la loi sur l’asile sur son territoire. Cette motion faisait suite à plusieurs cas de renvois inhumains exigés par le SEM et mis en œuvre sans broncher par le Conseil d’Etat, reniant ainsi la tradition humanitaire de Genève.

Dans sa réponse, le Conseil d’Etat annonce avoir recréé une délégation à la migration, composée du conseiller d’Etat chargé du département de la sécurité, de l’emploi et de la santé (DSES), qui la préside, de la conseillère d’Etat chargée du département de l’instruction publique, de la formation et de la jeunesse (DIP) et du conseiller d’Etat chargé du département de la cohésion sociale (DCS). Il affirme par ailleurs « qu’il appliquera avec pragmatisme et compassion le nouveau droit fédéral dans le domaine de l’asile, entré en vigueur le 1er mars 2019 ». Les Verts, Ensemble à gauche, les Socialistes et le PDC veilleront à ce que cet engagement sur le papier se réalise dans les faits, concrétisant une politique d’asile cantonale respectueuse des droits fondamentaux.