fbpx

Le gouvernement nage en pleine contradiction: dans un rapport rance, signé par son président Antonio Hodgers (M 2356-B), il continue à faire semblant que l’avenir est aux autoroutes et qu’il croit à la traversée du Lac… Mais, dans le même temps, le PDC Dal Busco a balancé le contraire publiquement. EàG – suivi pour le coup par le PS et les Verts – a proposé le renvoi dudit rapport au gouvernement pour qu’il dise aux citoyen·ne·s sur quel pied il danse vraiment ! Refus de la droite et d’un MCG qui, décidément, joue les enfants sages, à la botte du gouvernement, comme l’a montré fin août l’approbation acritique du rapport de gestion du Conseil d’Etat défendue par son secrétaire général.

Dans trois mois, à Genève, on inaugure le CEVA. Une infrastructure ferroviaire majeure qui peut changer la donne des transports au bout du Lac, non seulement à l’échelle urbaine, mais aussi au plan de la région. Elle a le potentiel, accompagnée de politiques et de mesures adéquates, de contribuer de manière décisive au basculement indispensable en matière de transports. Il s’agit en effet de rompre avec un équilibre malsain où la bagnole tient encore, pour le moment, le haut du pavé sans prise en compte réelle de l’urgence climatique.

L’attente lente mais haletante de l’Entente
Mais au Grand Conseil en particulier, cette réalité n’est pas encore prise en compte par la majorité. Preuve en est l’acceptation acritique, ce 12 septembre, d’un rapport du Conseil d’Etat qui répond à une motion PLR/PDC «pour un développement équilibré des transports» plaidant, encore et toujours, pour la traversée autoroutière du lac, l’anti-CEVA s’il en est… Or cette infrastructure autoroutière est un projet en état de mort clinique, la droite s’agite autour du cadavre… Elle avait réussi à injecter sa perspective dans la Loi sur la mobilité cohérente et équilibrée (LMCE)… que les Verts ont accepté comme contre-projet à leur excellente initiative sur la priorité des TPG et qui a terrassé celle-ci, avec leur consentement. Cette loi affirme (entre autres) que nous serions «dans l’attente d’un bouclement autoroutier par une traversée du lac

Dans son rapport, le gouvernement affirme «œuvrer pour que les aménagements autoroutiers ne souffrent pas de retards»… Il avance d’ailleurs comme gage de bonne foi dans ce sens son projet de réalisation du «barreau de Montfleury», un investissement de raccordement autoroutier de la zone industrielle de Meyrin Satigny à près de cent millions que notre groupe a largement refusé dans la même session… mais qui a été plébiscité par une large majorité comprenant le PS et les Verts.

En outre, le Conseil d’Etat y soutient que le crédit d’étude de 6,3 millions qu’il a fait voter au parlement va permettre «de demander à la Confédération d’inscrire le projet [de traversée du lac] dans la planification fédérale». Bref, le gouvernement fait tout pour continuer à faire semblant d’y croire, avec l’hypocrisie qu’on connaît, en donnant, sur le papier, des gages à la droite pro-bagnole traditionnelle.

Mais les patrons ont eu droit à la vérité…
Le problème, c’est que ce rapport affreux, signé par le vert Antonio Hodgers président du gouvernement, a été déposé le 21 août dernier et que, ce 27 août, la Tribune de Genève publiait, en contre-point involontaire, une pleine page rapportant que – incroyable, mais vrai –  le responsable des transports genevois, le PDC Serge Dal Busco …n’a pas résisté à l’envie de dire la vérité. Et à celle de traiter – certes poliment – la traversée du lac de chimère. La Tribune, décryptant les propos du ministre, titrait en effet sur cinq colonnes «Face aux patrons, le responsable de la mobilité torpille la traversée du lac.» Il est vrai que le Conseiller d’Etat était « en famille » à l’occasion d’un raout patronal et que c’est dans ces cas qu’on se lâche…

Relevant cette contradiction béante, et invoquant une dissonance cognitive insupportable, le député EàG soussigné a proposé de ne pas accepter de prendre acte de ce rapport… mais de le renvoyer à l’expéditeur, soit au gouvernement cantonal «pour que le Conseil d’Etat se mette d’accord avec lui-même !»

Résultat du vote 29 à 40… le MCG étant venu à point bétonner la majorité de droite et apporter son soutien au PLR. le gouvernement pourra donc continuer à dire une chose et son contraire, dans ce domaine, comme il le fait trop souvent dans d’autres également.

Pierre Vanek