fbpx

Lors de la séance du 28 octobre, le Conseil Municipal, à une confortable majorité, a accepté la motion M-1202 concernant la reprise du « Prix femme-femme engagée », déposée par Brigitte Studer et Véra Figurek en novembre 2015.

Le Prix avait été initié par Alba Viotto, une femme de caractère, immigrée italienne juste après guerre, qui s’était formée dans les soins infirmiers et avait créé une école spécialisée pour infirmiers et infirmières en psychiatrie à la clinique de Belle Idée. Toute sa vie, Alba était restée solidaire des immigré·e·s. Elle s’était engagée fortement dans Amnesty International et en 2001 avait créé ce Prix et a dirigé son organisation jusqu’en 2012.

Ce Prix était destiné à visibiliser des femmes engagées à soutenir les droits humains dans leur pays d’origine, puis dans leur pays d’accueil, il saluait leur faculté à surmonter de manière constructive la souffrance liée à l’exil, leur courage et leur persévérance, leur solidarité, leur créativité, et surtout leur engagement concret dans des projets ou initiatives solidaires.

Durant plusieurs années, la Ville de Genève s’est associée à Alba Viotto en donnant une belle réception au Palais Eynard, avec discours du maire ou de la maire. Cette cérémonie a donné une immense fierté aux femmes honorées, qui se sont senties reconnues par la Suisse et qui ont ainsi pu mieux supporter leur exil et encore mieux s’engager. Telle, par exemple Silvanna Mastromatteo, Prix femme exilée en 2002 qui a créé la Caravane de solidarité.

Depuis la mort d’Alba Viotto en 2013, il n’y a plus eu d’hommage public au courage et à la dignité des femmes exilées qui, non seulement, ont réussi à s’adapter, mais encore à exercer leur solidarité en Suisse. Or il est important que la population de Genève sache que les femmes immigrées ont souvent été très bien formées dans leurs pays d’origine (journalistes, ingénieures, enseignantes, économistes, artistes ou même ministres), ont traversé héroïquement des épreuves inimaginables ici, et qu’elles puissent représenter des modèles d’identification pour les jeunes femmes d’ici et d’ailleurs.

Le Conseil municipal a enfin reconnu l’utilité d’un tel hommage et le Conseiller administratif Alfonso Gomez, responsable de l’égalité et de la diversité dans l’Agenda 21, s’est exprimé dans ce sens.

Nous avons donc le bon espoir que ce Prix soit bientôt restauré, dans une collaboration Ville et associations de femmes.