fbpx

Depuis trop longtemps, il circule dans la République et Canton de Genève, des plaintes et critiques concernant des dysfonctionnements dans le Département de l’instruction publique (DIP). Ensemble à Gauche a déposé une motion dont le but est de donner à la commission de contrôle de gestion la possibilité de faire son travail et de pouvoir effectuer un tri des informations au sujet des critiques qui circulent afin de faire émerger celles qui sont fondées tout en mettant fin à celles qui ne pourraient être que des rumeurs.

Les faits graves qui sont portés à la connaissance de la population au travers des médias sont préoccupants dans le sens où ils touchent l’une des plus importantes fonctions de l’Etat, à savoir l’éducation, donc la formation des prochaines générations. Les nouvelles sur des harcèlements multiples, leur mise en doute, les sanctions subies par des fonctionnaires qui ont tenté d’alerter les directions au sein du DIP, la forme de négation de la souffrance qu’induisent ces harcèlements, la partition du poste actuel en charge de l’égalité homme-femme en trois postes, etc. sont de nature à inquiéter la population. Conscients que le contexte présent peut favoriser des exagérations de toutes sortes, il parait important de prendre la mesure de la situation, en connaissance de cause.

Il semble donc évident que le parlement de notre canton doive se saisir de ce dossier afin de faire la lumière sur ces pratiques qui, si elles ont eu lieu, doivent être justement sanctionnées et permettre d’édicter des mesures afin qu’elles ne se reproduisent pas. A cette fin, il parait aujourd’hui nécessaire de mener un travail d’observation du DIP sans, bien entendu, remettre en cause le travail de la justice dans ce dossier.

Le travail de commission de contrôle de gestion permettrait de mettre à jour les éventuels dysfonctionnements administratifs qui pourraient entraver d’une part le travail des enseignants et, d’autre part et surtout, mettre en péril la formation des élèves de nos établissements scolaires. Enfin, l’intervention de cette commission pourrait se faire avec l’aide du service d’audit interne dont les compétences en matière de gestion proposent des recommandations qui sont une aide précieuse au bon fonctionnement des services de l’Etat.

A l’unanimité le Grand Conseil a renvoyé la motion présentée par notre groupe en commission.