fbpx

A fin novembre de l’an dernier, soit il y a trois mois déjà, la commission des droits politiques du Grand Conseil genevois terminait ses travaux sur le PL 12441 « Feu vert pour les droits populaires ! ». Un projet de loi constitutionnelle initié par EàG et cosigné par 42 député·e·s de la gauche, des Verts et du PDC… proposant ensemble l’extension des droits politiques en matière cantonale, soit du droit de vote et d’éligibilité, à tous·toutes les étrangers·ères résidant depuis 8 ans en Suisse.

La majorité de la commission a approuvé ce projet en novembre de l’an dernier et l’a renvoyé à l’ordre du jour de la plénière du Grand Conseil pour qu’il soit voté au parlement et soumis au peuple dans les meilleurs délais. A l’appui de cette position, un rapport de majorité d’une députée PDC, contredit par un rapport de l’UDC défendant une position rétrograde.

Ainsi, nous sommes sur le seuil d’une avancée démocratique s’inscrivant dans la longue tradition des combats progressistes à Genève pour l’extension de la qualité de citoyen·ne, remontant notamment à la révolution de 1781 dans nos murs, qui a vu les habitants et les natifs s’insurger contre la confiscation de leurs droits par les seuls bourgeois et leurs descendants…

L’urgence démocratique s’imposait
Quel meilleur moment en effet pour envoyer un message d’ouverture à tous·toutes ces habitant·e·s de Genève appelés à venir élargir et consolider l’assise de notre démocratie cantonale genevoise, que ce moment où tous les partis, PDC compris, sollicitent les suffrages de ces personnes dans le cadre des élections municipales ?

Quelle meilleure manière de célébrer le soixantième anniversaire de ce 6 mars 1960 qui a vu le droit de vote et d’éligibilité en matière cantonale, réservé jusque-là aux hommes suisses, élargi aux femmes …suissesses, que d’étendre ces mêmes droits à toutes les femmes résidentes (depuis 8 ans) …comme bien sûr, égalité oblige, aux hommes concernés par la même occasion.

Ensemble à Gauche a proposé ce soir de traiter dans cette session ce projet de loi « Feu vert aux droits populaires ! » Mais le feu est malheureusement passé à l’orange. Pour des raisons relevant sans doute des pressions du PLR, le PDC n’a pas eu le courage de soutenir cette demande, concernant un projet qu’il a lui-même signé et l’urgence a été refusée de ce fait.

On a assisté à un vote en bloc de l’UDC au PDC en passant par le PLR : pour dire que les étrangers·ères résidents peuvent attendre, qu’ils doivent continuer à se contenter de la fraction de droits dont ils·elles bénéficient, soit le seul droit de vote à l’échelle communale.

Nous espérons qu’ils·elles en useront le 15 mars, pour soutenir les partis de gauche, dont en première ligne Ensemble à Gauche, qui soutiennent l’extension élémentaire de ces mêmes droits.