fbpx

Cette modification de loi, portée par la majorité de droite du Grand Conseil, vise à permettre l’ouverture des commerces plusieurs dimanches par an sans obligation de négocier une convention collective (CCT). C’est une nouvelle étape dans une offensive globale de dérégulation des horaires des commerces. Pour preuve, la même majorité prépare un autre projet plus violent encore : des ouvertures 6 jours sur 7 jusqu’à 20h et une extension supplémentaire des dimanches en fin d’année. Pour Ensemble à Gauche, ce référendum est indispensable, bien sûr pour défendre les conditions de travail du personnel mais aussi pour exprimer un refus plus global du projet de société qu’il y a derrière l’extension continue des horaires d’ouverture des magasins!

!!! Signez le référendum ici !!!

NON à une déréglementation sans contreparties pour les salarié·e·s
La loi actuelle permet déjà d’ouvrir les magasins 3 dimanches par an si une convention collective de travail étendue (CCT) existe. Avec ce projet, la droite veut supprimer cette condition et les patrons n’auraient donc plus d’obligation de négocier avec les représentant·e·s des salarié·e·s pour ouvrir les dimanches. Or, les magasins ouvrent déjà plus de 67 heures par semaine ! Sans horaires et jours de congés fixes, sans plannings fournis 3 semaines à l’avance, l’organisation de la vie du personnel de vente est déjà un casse-tête. En 2016 pourtant, la population genevoise a voté un contreprojet liant protection des salarié·e·s et ouverture des dimanches… son choix doit être respecté ! Avec cette loi prétendument « expérimentale », on tente de tromper la population… Ne soyons pas dupes !

NON au consumérisme 7j/7
Les magasins des gares, aéroports, stations-services et certains petits commerces sont déjà ouverts les dimanches. Les opportunités d’achat sont donc amplement suffisantes !

NON à la fin du seul jour libre en commun pour la population
Le dimanche est le seul jour de la semaine où la plupart des gens peuvent se retrouver entre amis et en famille. Garantir au maximum de personnes un jour de congé en commun est un élément important de la cohésion sociale. Or aujourd’hui, on compte pas moins de 20 000 personnes travaillant dans la vente à Genève !

NON à la destruction des petits commerces au profit des gros
Les propriétaires de petits commerces peuvent déjà ouvrir le dimanche sous certaines conditions. C’est pour eux un (petit) avantage dans la lutte pour survivre face aux grosses enseignes. Avec cette loi, le nombre de commerces pouvant ouvrir le dimanche va exploser, ce qui accélérera la destruction des petites enseignes, rayant ainsi de nombreux emplois !

NON À l’augmentation des nuisances le dimanche
Le dimanche est le seul jour où les riverains des axes routiers et la population dans son ensemble peuvent profiter d’un calme relatif. En ouvrant la porte à des ouvertures le dimanche, les nuisances vont augmenter !