fbpx

Le gouvernement a la possibilité d’accorder à des personnes de son choix un traitement « hors classes », soit un salaire dont il fixe lui-même le montant ! Une manière de contourner la suppression du 14ème salaire pour les hauts cadres, obtenue il y a quelques années. Ensemble à Gauche a ainsi défendu le projet de loi 11772, qui prévoyait de corriger la loi sur les traitements du personnel de l’administration cantonale (LTrait) en abrogeant cette disposition inégalitaire. Mais le Grand Conseil en a décidé autrement… pour l’instant.

Ensemble à Gauche est pour l’égalité salariale et a toujours été opposé au « 14ème salaire » pour les hauts cadres. Même si une forme de compromis avait permis de maintenir une indemnité correspondant à 8,3% du salaire annuel pour les cadres à l’hôpital à partir de la classe salariale 27, cela reste clairement une forme d’inégalité qu’Ensemble à Gauche réprouve sur le fond. 252 personnes ou fonctions au sein du personnel médical bénéficient de ce salaire supplémentaire, et, objectivement, c’est une anormalité. Alors, si en plus le Conseil d’Etat a la possibilité, selon son bon vouloir d’octroyer d’autres indemnités à certains cadres du département des finances, cela ne va pas ! Tous les traitements doivent être déterminés par la grille salariale, dont le parlement est garant, et il ne peut pas y avoir d’exceptions.

Le Conseil d’Etat justifie cette disposition (art. 3 de la loi B 5 15) en affirmant que ces indemnités « hors classes » permettent de retenir les hauts fonctionnaires, que sans cela ils iraient voir ailleurs, afin d’être mieux payés. Mais cette assertion n’est pas toujours vérifiable et elle est surtout assez désobligeante pour les fonctionnaires efficaces qui n’ont aucune velléité de quitter l’Etat, tout simplement parce qu’ils ont le sens du service public, ce qui est par ailleurs attendu de tout le personnel, quelle que soit la fonction ou la position occupée au sein de l’administration publique ou subventionnée.

Si, par ailleurs, comme l’a affirmé un conseiller d’Etat, certains collaborateurs de l’administration fiscale sont attirés par le secteur privé, alléchés qu’ils seraient par les ponts en or qui leur seraient faits, on peut douter que ce serait cette seule indemnité qui les retiendrait. Elle ne ferait que retarder leur départ, plutôt. Il est toutefois vrai que les spécialistes de l’administration fiscale rapportent de l’argent. Mais, pour Ensemble à Gauche, une forme de salaire au mérite ne se justifie pas. En effet, si ce personnel favorise l’entrée accrue de recettes, eh bien il faut en engager plus ! Pas payer davantage ceux qui sont présents car ils ne vont pas travailler forcément plus…

Ensemble à Gauche avait d’ailleurs déjà proposé d’engager davantage de spécialistes fiscaux. C’est ce qu’il convient de faire, engager du personnel au lieu de dilapider l’argent public en primes diverses. Un amendement de dernière minute du MCG, demandant que seules les personnes résidant dans le canton de Genève puissent bénéficier d’un traitement « hors classes » a été accepté, au grand dam de la ministre des finances. Le vote final a donc été bloqué par le Conseil d’Etat au vu de cet amendement problématique. Le 3ème débat, ainsi reporté, ne devrait toutefois pas permettre d’abroger enfin cette iniquité.

Olivier Baud