fbpx

La candidature de Pierre Bayenet est déposée

Ensemble à Gauche a déposé ce matin la candidature de Pierre Bayenet pour le deuxième tour des élections pour le Conseil administratif de la Ville de Genève. Nous regrettons le refus du PS et des Verts de faire un ticket commun avec l’ensemble des partis constituant la majorité de gauche au Conseil municipal. Il est essentiel qu’un Conseil administratif à majorité de gauche puisse s’appuyer sur une majorité au Conseil municipal… qui n’existe pas sans EàG.

Pour un report des élections

Nous déplorons et contestons l’annonce par le Conseil d’Etat du maintien du second tour au 5 avril. La situation actuelle ne permet manifestement pas la tenue d’une campagne électorale digne de ce nom.

Ensemble à Gauche est profondément attaché à l’exercice des droits démocratiques, qui doivent permettre aux élections de refléter fidèlement l’opinion de la population. L’exercice des droits politiques et de la liberté de vote implique notamment que les libertés publiques qui visent à garantir la formation de l’opinion des électeurs, en particulier la liberté de réunion et la liberté d’association, soient garanties. La liberté de vote implique également que soit garantie la liberté de mouvement qui doit permettre à tous les électeurs de se rendre aux urnes ou de déposer leur enveloppe dans une boite au lettre de la poste.

Or l’activité politique est arrêtée : le parlement et ses commissions, le conseil municipal et les siennes sont suspendus… La récolte de signatures pour les initiatives ou référendums devront l’être également. Aucun parti n’a pu tenir son AG en vue du 2e tour, les directions de partis se sont ainsi substituées aux militant·e·s de base… On ne peut pas considérer l’élection du deuxième tour comme une simple « formalité ». Il faut la reporter.

Lundi 16 mars 2020, le Conseil fédéral a adopté l’Ordonnance 2 sur les mesures destinées à lutter contre le conavirus (COVID-19). Il a notamment interdit la tenue de toute manifestation publique ou privée, ainsi que toute activité associative. Il a ordonné la fermeture des lieux de rencontre tels que les cafés, restaurants et salles de spectacles.

Dans cette même ordonnance, le Conseil fédéral a décidé (art. 10b) que les personnes particulièrement vulnérables devaient rester chez elles. Cette injonction s’adresse à toutes les personnes âgées de plus de 65 ans, ainsi qu’aux personnes souffrant de diverses pathologies, notamment d’hypertension, de diabète, de maladies cardiovasculaires, de maladies respiratoires, ou de cancer. C’est donc une proportion importante des électeurs qui doivent rester chez eux jusqu’à nouvel avis, sur injonction du Conseil fédéral.

Dans notre canton, le Conseil d’Etat a ordonné la fermeture des marchés non-alimentaires, des magasins, des salles de spectacles, des cafés et restaurants. Il a interdit les manifestations ou rassemblements publics et privés, à l’intérieur comme à l’extérieur, réunissant plus de 5 personnes, à l’exception des funérailles. L’Office fédéral de la santé public recommande à toutes et à tous de rester chez soi et de préserver une distance sociale de deux mètres entre individus.

Une campagne électorale doit se faire en contact avec la population afin d’assurer un dialogue et des débats avec celle-ci. Elle implique la tenue de stands d’information, en particulier pour les partis qui ne peuvent pas compter sur les budgets colossaux des partis bourgeois. L’impossibilité de mener une campagne militante favorise donc manifestement les partis les plus riches.

De plus, les mesures de confinement ordonnées empêchent les personnes particulièrement à risque de se rendre à la poste pour y déposer leurs enveloppes de vote par correspondance, ou de se rendre aux urnes. La solution de confier son bulletin de vote à un voisin n’est pas réalisable pour toutes et tous, et engendre un risque de fraude accru. Enfin, il faut souligner que le droit de vote des Genevoises et Genevois résidant dans certaines régions d’Europe où les mesures de confinement sont encore plus strictes, ne pourrait pas non plus s’exercer.

Les droits politiques constituent un ensemble cohérent. Le droit de vote est indissociable de la liberté de mouvement, de la liberté de réunion et de la liberté d’association. Les campagnes électorales doivent être des moments de participation populaire permettant à l’ensemble de la population de s’impliquer – à des degrés diverses – dans les choix politiques. Ensemble à Gauche demande au Conseil d’Etat de reporter le deuxième tour des élections municipales, et de prolonger par arrêté le mandat des magistrats en place dans les communes où le deuxième tour doit se tenir.