fbpx

Le Conseil d’Etat semble toujours ne pas avoir pris la mesure de l’extrême gravité de la crise ouverte par l’affaire Maudet. Après des mois d’inaction, suivis des demi-mesures annoncées sous pression du communiqué du Ministère public, il s’aligne aujourd’hui sur la majorité de la commission de contrôle de gestion en faisant siennes les mesures exigées par Ensemble à Gauche depuis le mois de juin.

Pourtant, désormais, c’est notre confiance dans l’ensemble du gouvernement – apparemment hypnotisé par Pierre Maudet – qui est entamée. L’exécutif cantonal est collectivement et conjointement responsable de toutes ses décisions importantes. Il ne suffit donc pas d’écarter Pierre Maudet de tel ou tel dossier, dès lors qu’il garde une influence déterminante sur l’ensemble d’un collège qui s’est montré jusqu’ici incapable de lui résister.

Après avoir porté M. Maudet à la présidence, après l’avoir soutenu malgré ses mensonges avérés face aux révélations des médias, après avoir déposé, le 21 mars dernier, le PL 12293 prévoyant le déclassement du Pré-du-Stand en faveur d’une vaste opération immobilière qui profite à M. Magid Khoury, de Capvest SA, le gouvernement essaie de circonscrire l’incendie. Pourtant cette crise est aussi celle du collège dans son ensemble et ne pourra être dépassée que par une remise en cause profonde de son fonctionnement.

EàG exige la démission immédiate de Pierre Maudet!
Les mensonges qu’il a savamment construits, les cadeaux luxueux qu’il a acceptés, ainsi que les liens incestueux qu’il entretient avec des acteurs immobiliers de premiers plan lui interdisent désormais l’exercice du pouvoir. Toutefois, il faudra aussi déterminer quelle sont les responsabilités de l’ancien président du Conseil d’Etat, François Longchamp, ainsi que celles des autres membres du Conseil d’Etat actuel dans les graves errements de l’un d’entre eux.

Pierre Maudet a toujours été impitoyable avec les migrant·e·s qu’il renvoie et qu’il enferme à tour de bras ou encore avec les collaborateurs·trices qu’il dirige. Aujourd’hui, EàG appelle donc M. Maudet à appliquer cette même intransigeance à lui-même et donc à démissionner avec effet immédiat.