fbpx

Le groupe Ensemble à gauche (EàG) déposera à la séance du Conseil municipal du 16 janvier un projet de motion : Promouvoir les activités sportives des femmes. Cet objet invite le Conseil administratif à organiser des cours qui s’adressent à tous les clubs subventionnés, afin de les inciter concrètement à devenir proactifs dans la lutte contre les discriminations et particulièrement contre les inégalités entre hommes et femmes dans le domaine du sport. Dans la même idée, EàG propose également d’élaborer une charte.

Les femmes discriminées dans le domaine du sport
A Genève, il y a encore quelques années de cela, le hockey club de Genève refusait une fillette de 10 ans qui souhaitait faire du hockey sous prétexte qu’il n’y avait pas d’équipe féminine dans le club. Donc pas de proposition d’équipe mixte non-plus ! Il en va de même pour le Club Alpin Suisse (CAS), section genevoise, qui en 2018 conserve une section « jeudistes », réservée uniquement aux hommes… Rappelons que la section genevoise du CAS n’a accepté les femmes comme membres qu’en 1980 !

La question des différences morphologiques et de puissances entre les hommes et les femmes sont sans cesse mises en avant comme une évidence pour continuer de distinguer les deux catégories binaires: « homme » et « femme » dans le sport de compétition ; et ainsi maintenir la pseudo suprématie de la puissance masculine. Des études ont pourtant démontré qu’il peut y avoir bien plus de différence entre deux hommes qu’entre un homme et une femme ! Les femmes en compétition sont habituellement testées sur leur féminité (vérification du genre !!!) alors que les hommes sont testés sur les produits dopants ! Si on aborde ici la question des pratiques sportives des élites c’est surtout pour dire l’influence que la compétition a dans notre société et dans nos imaginaires collectifs sur les pratiques sportives de tous les autres citoyen-nes.

L’Etude « Genre et sports » de la Ville met en évidence inégalités et discriminations
EàG considère urgent d’agir sur la base de l’enquête « Genre et sports » réalisée récemment par la Ville de Genève qui a permis de mettre en évidence :

  • que 30% des femmes ayant répondu à l’enquête disent avoir été témoin de propos ou des gestes sexistes dans le cadre de leurs activités sportives et que 26% affirment en avoir vécu. Cette proportion monte à 53% chez les étudiantes ;
  • que 70% des ressources allouées aux activités subventionnées sont utilisées par des hommes et que les activités sportives majoritairement masculines sont davantage subventionnées que les activités sportives majoritairement féminines ;
  • que les hommes bénéficient de 3 à 10 fois plus d’offres d’activité correspondant à un stéréotype de sexe que les femmes ;
  • que 43% des femmes ayant répondu à l’enquête pensent que le sport féminin bénéficie des mêmes avantages que le sport masculin ;

Un texte demandant qu’une telle étude soit également menée au niveau cantonal, afin de servir de base de travail à la mise en place de mesures semblables dans tout le canton, sera prochainement déposé par Ensemble à Gauche au Grand Conseil.

Des mesures s’imposent !
Heureusement, certaines femmes n’ont pas attendu qu’on leur fasse de la place pour pratiquer les sports qui les intéressent. Mais en 2018, suite à l’étude qui a été menée en Ville de Genève sur les pratiques sportives, il s’agit de prendre d’agir politiquement afin de lutter contre le sexisme dans le domaine du sport, en partageant plus équitablement les subventions allouées aux clubs sportifs en prenant en compte le critère de l’égalité de genre, et d’arriver à de réelles promotions de TOUS les sports pour les femmes, et les hommes si besoin. Aucun sport n’est fait que pour les hommes ou que pour les femmes !