fbpx

Les élections cantonales genevoises sont en cours… Un enjeu majeur est pour le PLR d’éjecter Ensemble à Gauche (EàG) du parlement genevois où nous avons joué au cours de cette législature un rôle politique d’une importance dépassant largement celle du nombre de nos député-e-s. Nous sommes des gêneurs pour la droite qui aimerait nous voir disparaître de ce parlement pour pouvoir, ces cinq prochaines années, dérouler sans sérieuse résistance parlementaire le dispositif terrifiant de régression sociale, de coupes massives dans la fiscalité, les prestations sociales et le service public, qui est son horizon à court terme.

La gauche combative au Grand Conseil
Au Grand Conseil genevois, EàG constitue un verrou indispensable pour freiner les glissements à droite du PS et des Verts, partis gouvernementaux tentés en continu par le «compromis raisonnable», la politique du «moindre-mal», etc. en lieu et place de la résistance. Nous empêchons une dérive marquée du centre de gravité politique à droite. Notre présence au Grand Conseil est la garantie d’une résistance résolue aux politiques austéritaires de la droite. Ainsi, l’électeur-trice de gauche qui élit un-e député-e EàG y gagne doublement, il obtient une voix EàG à gauche du parlement… ,  et – dans la foulée – il contribue à des votes «à gauche» du PS et des Verts.

Au Grand Conseil, nous sommes aussi un lien irremplaçable avec le monde syndical. En effet, depuis des années nous sommes la voix la plus haute et claire des syndicats du public et du privé dans l’arène parlementaire: pour ne citer que quelques exemples, le bloc EàG – Syndicats s’est opposé à la nouvelle constitution rétrograde, a refusé des privatisations (téléreseau en Ville), a bataillé pour les baisses de tarif TPG, sans parler de notre opposition à la RIE3 et à PV2020…

Les combats dans les urnes
Dans nombre de ces combats, nous avons empoigné l’arme du référendum ou de l’initiative comme c’est le cas aujourd’hui avec notre proposition d’initiative cantonale anti-PF17, soutenue par les syndicats, comme dans la foulée par le PS et les Verts, qui exige le maintien des recettes de la collectivité et des prestations et qui soutient une progressivité accrue de l’impôt et la lutte contre la concurrence fiscale intercantonale.

Parlant de référendums et d’initiatives, c’est notre groupe parlementaire qui a non seulement  proposé la loi constitutionnelle baissant d’un tiers le nombre des signatures pour les initiatives et les référendums, mais qui a construit le front parlementaire isolant le PLR et le PDC permettant que cette réforme démocratique importante passe la rampe, au parlement d’abord, dans les urnes ensuite.

Une présence décisive
Ainsi, EàG doit, à Genève, maintenir et renforcer sa représentation parlementaire. Cela dépend de nous. Rien n’est acquis, la mobilisation dans ce sens sera décisive, celle de nos militant-e-s, de nos sympathisant-e-s, de nos ami-e-s, de nos collègues, de nos voisin-e-s… de tous ceux qui, sans forcément apprécier telle personnalité, telle position, tel candidat-e d’EàG, savent bien qu’un parlement sans élu-e-s à gauche du PS serait un cadeau rêvé pour la droite et un clair feu vert à la régression antisociale et anti-démocratique.

Voter ENSEMBLE À GAUCHE – LISTE N° 1, c’est garantir et renforcer une présence et une résistance indispensables au parlement !

Des candidat-e-s chevronnés
Pour Ensemble à gauche, Jocelyne Haller, Salika Wenger et Jean Burgermeister, tous trois militant-e-s éprouvés sur le terrain des luttes extraparlementaires syndicales et sociales, sont candidat-e-s au Conseil d’Etat. Mérite d’être signalée aussi la candidature, en tête de liste pour le Grand Conseil, de Rémy Pagani… Maire de Genève. La droite municipale réclame ces jours sa démission, parce qu’il a eu l’audace de participer à la grande manifestation sur le logement samedi dernier, à l’enseigne du «Droit à la Ville», qui s’est conclue par l’occupation d’un immeuble maintenu abusivement vide par ses propriétaires depuis des années. On reproche à Pagani d’être resté le «militant» qu’il était avant d’être élu… Or c’est-là une qualité que nous revendiquons et qui participe à nous rendre insupportable pour la droite.

Notre liste EàG de 68 candidat-e-s est paritaire. Elle rassemble 34 femmes et 34 hommes, avec une proportion importante de jeunes, venant de tous les horizons professionnels dont l’engagement marque un renouvellement important pour une représentation d’une gauche de gauche au parlement genevois plus nécessaire que jamais… La liste comporte des député-e-s sortants qui ont fait un travail d’opposition acharné et remarquable lors de cette dernière législature, contre les politiques d’austérité antisociales de la droite genevoise.

Donner un maximum de chances à EàG
Chaque suffrage de liste compte: nous appelons donc, non pas au soutien de tel ou tel candidat-e, mais au vote de liste, pour la LISTE 1 – Ensemble à Gauche. Nous avons eu 8000 bulletins de vote en 2013, c’est ce résultat que nous devons pouvoir atteindre et dépasser dans les trois semaines qui viennent. C’est indispensable, non seulement comme contribution au rapport des forces parlementaires, mais aussi comme moyen donné pour nos combats extraparlementaires, syndicaux et sociaux, à Genève comme ailleurs.

Comment voter pour renforcer EàG?

Chaque suffrage de liste compte: nous appelons donc, non pas au soutien de tel ou tel candidat-e, mais au vote de liste, pour la LISTE 1 – Ensemble à Gauche.

En élisant le Grand Conseil, vous pouvez faire deux choses :

1. PRINCIPALEMENT, DÉCIDER DU NOMBRE DE SIÈGES AU PARLEMENT DONT DISPOSERA LA LISTE QUI DÉFEND LE MIEUX VOS IDÉES
Pour renforcer Ensemble à Gauche, il faut utiliser le bulletin de vote n° 1 préimprimé avec le nom Ensemble à Gauche ou un bulletin vierge (dit « of­ficiel », sans nom de liste) en y écrivant « Liste n°1 – EàG » en titre. Vous partez ainsi en donnant 100 suffrages de liste à Ensemble à Gauche, ce qui est déterminant pour la répartition des sièges.

2. FAVORISER VOS CANDIDAT·E·S PRÉFÉRÉS
Vous pouvez dans ce but ajouter (ou biffer) librement des candidat·e·s pour favoriser les un·e·s ou les autres en fonction de vos critères. Mais n’oubliez pas le point principal ci-dessus à savoir la présence du nom EàG et du numéro de liste 1 en haut, pour que votre bulletin « pèse » le 100 % des suffrages auxquels vous avez droit…

Enfin, pour l’élection au Conseil d’Etat, cochez simplement les noms de nos trois candidat·e·s: Jocelyne Haller · Salika Wenger · Jean Burgermeister.