fbpx

Aujourd’hui, après plus de 10 années de batailles et de péripéties, au cours desquelles Ensemble à Gauche (EàG) a toujours soutenu la mise en place à Genève d’un monument à la mémoire du génocide arménien, les réverbères de la mémoire seront inaugurés au parc Trembley à 18h. Afin de commémorer le centenaire du génocide arménien – qui a fait environ 1,5 million de victimes – une demi-douzaine d’élu-e-s communaux et cantonaux d’Ensemble à Gauche dont le Maire EàG de Genève Rémy Pagani, s’était rendue à Istanbul en Turquie le 24 avril 2015 avec des milliers de personnes venues du monde entier.

ENSEMBLE À GAUCHE APPELLE LES HABITANT-E-S
DE GENÈVE À
VENIR ASSISTER À L’INAUGURATION
à 18h aujourd’hui, vendredi 13 avril 2018,
au Parc Trembley (côté rue de Moillebeau)

Le centenaire à Istanbul
Lors de cette commémoration, la diaspora arménienne s’était déplacée en nombre. Il s’agissait aussi de soutenir la reconnaissance du génocide par les autorités turques. Les commémorations du centenaire ont commencé à 10 h du matin au nº 87 de la rue Cumhuriyet caddesi dans le quartier Elmadag à Istanbul, devant la demeure de deux intellectuels, Komitas et Avedis Nakkayan, arrêtés chez eux le samedi 24 avril 1915 et déportés. Alors que le soir tombait, environ 10 000 personnes ont marché vers les abords de la place Taksim à peine perturbée par quelques centaines de Kemalistes, enveloppés dans le drapeau turc, qui scandaient avoir protégé la patrie et n’avoir fait que leur devoir…. Les milliers de manifestant·e·s, rassemblés pacifiquement aux abords de Taksim, brandissaient des pancartes où on pouvait lire des appels tels qu’«Etat assassin, vous allez devoir rendre des comptes!», «La résistance c’est nous, le génocide c’est eux» ou encore «Nous sommes tous et toutes des Arméniens». Les commémorations se sont terminées par un sit-in devant le consulat de France où musique, récitations et discours appelant à se souvenir pour mieux lutter au présent se sont poursuivis jusqu’à la nuit tombée. Les revendications de la diaspora arménienne ont été clairement énoncées au cours de cette journée intense : reconnaissance du génocide arménien par l’Etat turc, mais aussi droit au retour des petits-enfants des victimes.

Des revendications qui n’ont pas changé
Rémy Pagani, conseiller administratif EàG de la Ville de Genève, était présent à la manifestation d’Istanbul. «Le message envoyé ici par la foule contre les discriminations, le racisme et pour la reconnaissance du droit des populations d’origines différentes et de leur nécessaire cohabitation doit résonner partout!» avait-t-il souligné. Aujourd’hui, lors de l’inauguration du monument à la mémoire du génocide arménien, ce sont les mêmes revendications qui résonneront :

  • le refus de l’oubli et le rejet du négationnisme du génocide arménien,
  • notre attachement aux droits humains,
  • notre solidarité internationaliste avec les victimes d’exactions et de massacres par des régimes autoritaires, hier, aujourd’hui et demain.

Pour toutes ces raisons, ainsi que pour faire, pacifiquement, le poids face à d’éventuelles velléités de nationalistes et d’extrémistes de droite visant à troubler cette inauguration d’un monument mis en place par nos autorités municipales à l’issue d’un long processus démocratique, nous espérons vous y retrouver nombreuses et nombreux !