fbpx

En pleine crise sanitaire, économique et sociale le gouvernement a fait preuve d’un sens des priorités douteux. Il a déposé un projet de loi et une demande d’urgence pour un prêt de 16,8 millions au Salon de l’automobile!

Nous savons aujourd’hui que la crise environnementale – pour laquelle l’industrie de la voiture porte une large responsabilité – augmente fortement le risque de pandémies. Alors que la crise économique ne fait que commencer, un tel montant en faveur du salon de l’auto est surréaliste. La situation réclame au contraire des investissements massifs dans des secteurs répondant aux besoins sociaux dans le respect des impératifs environnementaux.

Le projet de loi a finalement été renvoyé en commission. Mais l’issue du vote ne fait pas de doute, durant le débat la droite n’a pas manqué de louer les mérites du salon. Ensemble à Gauche s’opposera à un prêt absurde et désastreux pour l’environnement.

Jean Burgermeister