fbpx

La semaine dernière la majorité du Grand Conseil a montré une fois de plus que se loger à un coût abordable n’est pas sa priorité. En acceptant la motion de l’UDC « pour une densification optimale et une réalisation rapide du projet au lieu-dit Seymaz-Sud», la majorité de droite au Grand Conseil a exprimé sa vision en matière de logement et a envoyé un message clair aux Genevois et Genevoises : « débrouillez-vous, et que les plus riches gagnent ! ». 

En effet, les partis de droite et du centre (UDC, MCG, PLR et PDC) ont imposés une zone ordinaire plutôt qu’en zone de développement destinée à la création de logements au lieu-dit « Seymaz-Sud », sur le territoire de la commune de Chêne-Bourg. Et ce contre l’avis même de la Commune qui, à l’issue d’un long processus initié depuis plusieurs années déjà, s’était positionnée en faveur d’un déclassement en zone de développement. 

La zone ordinaire est si chère à la droite, car elle exclut tout contrôle en matière de construction. Dans cette zone la loi de la jungle prévaut et ne profite qu’à une poignée de promoteurs et propriétaires privilégié-es. Au contraire, la zone de développement assure que les logements construits demeurent accessibles à l’ensemble de la population par un contrôle des loyers et des prix de vente de même que par des ratios minimums de logements d’utilité publique.

Ce vote fait suite au refus du projet de loi 12798 pour un soutien individuel aux locataires en période d’épidémie de COVID-19 par la même majorité. Une preuve supplémentaire que la majorité de droite du Grand Conseil méprise les besoins, pourtant criants, d’une majorité de la population, et en particulier des locataires précaires et préfèrent défendre les intérêts des propriétaires immobiliers.