fbpx

Moins de chômage et de nombreuses places de travail de qualité. L’objectif du projet de loi déposé par la gauche et les syndicats était certes ambitieux. « Malheureusement, la droite a choisi de faire la sourde oreille face à la situation toujours plus difficile d’une part importante de la population, dont certain-e-s ne trouve pas de travail et d’autres s’en sortent à peine avec des revenus précaires », regrette Jocelyne Haller, députée EàG. La majorité de droite du Grand Conseil a en effet refusé ce projet de loi par une large majorité.

Tout le mépris de la droite pour les précaires
« La droite a jugé notre projet irréaliste et trop coûteux », dénonce la députée. « Par contre, quand il s’agit des grandes entreprises et des privilégié-e-s, la droite trouve sans problème des centaines de millions. » Plusieurs projets de loi ont en effet dernièrement été déposés dans ce sens par des élu-e-s du MCG, sans compter le PF17 (RIE III bis) qui prévoit des centaines de millions de cadeaux fiscaux aux entreprises et aux actionnaires. « Une fois de plus, la droite étale son mépris des classes populaires et son soutien indéfectible aux privilégié-e-s. »

Un projet indispensable
Le projet de loi en matière de chômage et d’emploi proposait un véritable changement de paradigme. Il était à la mesure des défis posés par l’ampleur du phénomène du chômage et de la détérioration du marché de l’emploi. « En résumé, le projet exprimait une ferme volonté de préserver et de développer l’emploi, d’assainir ce qui est devenu le « business » de la réinsertion », explique Jocelyne Haller. « De plus, il militait en faveur du développement de la formation et du reclassement professionnel, entendait remplacer l’OCE dans sa mission première d’accompagnement à la réinsertion des demandeurs d’emploi et, dans un même ordre d’idée, voulait imposer un recentrage de l’Hospice général sur sa principale vocation, à savoir l’action sociale, et son rôle affirmé de partenaire des projets d’insertion des personnes dont il est en charge. »

EàG n’abandonnera jamais cette bataille
Le texte a été refusé par le Grand Conseil, mais le débat qui a commencé dans les communes suburbaines au printemps dernier autour de ce projet va se poursuivre. D’autres suites, sous diverses formes, sont d’ores et déjà prévues. « Une réflexion sur la préservation et le développement de l’emploi est indispensable », conclut Jocelyne Haller. « Elle doit être assortie d’une démarche identique sur une autre manière de traiter le chômage. Nous reviendrons avec d’autres projets qui, comme ce dernier, proposent des instruments légaux qui favorisent l’emploi et qui offrent véritablement une alternative au chômage. »

Personne de contact: Jocelyne Haller