fbpx

La chambre immobilière genevoise et le PLR ont essayé de faire annuler nos deux initiatives pour d’avantage de logements abordables devant les tribunaux. Après une première victoire pour nous sur l’initiative 161, les tribunaux nous ont encore donné raison concernant notre seconde initiative logement et ont rejeté le recours des milieux immobiliers. La population pourra donc se prononcer sur nos deux initiatives!

Des procédés anti-démocratiques pour préserver leurs profits
Alors que chacune de nos initiatives a reçu le soutien de plus de 8500 citoyen-ne-s, la droite emmenée par le PLR et leurs amis de l’immobilier essaient par tous les moyens de les empêcher d’être soumises à la volonté populaire. Malgré leur efforts insensés et peu démocratiques, nos initiatives continuent leur chemin afin que des logements abordables soient enfin construits dans ce canton. Il faut montrer à ces gens que l’intérêt général prime sur les profits personnels.

Pour d’avantage de logements abordables
Pour rappel, l’initiative 161 demande que pour chaque nouvelle construction en zone de développement, il soit prévu 80% de logements destinés à la location, 50 % de logements d’utilité publique et 30 % de logements sociaux. Ces proportions sont basées sur les besoin réels de la population et pas sur les marges de profit des milieux immobiliers comme aujourd’hui. De son côté, l’initiative 162 prévoit que le Conseil d’État ne puisse déclasser des terrains qu’en zone de développement s’il s’agit de construire du logement en période de pénurie. Contrairement aux autres zones, la zone de développement permet en effet d’imposer la construction de logements sociaux et un contrôle des loyers.

Une majorité de gauche pour mettre en échec les magnats de l’immobilier!
C
es initiatives, si elles étaient acceptées, représenteraient un pas important vers une politique du logement à Genève et faire baisser durablement les loyers. Cependant, si l’on veut pouvoir sortir de la logique de spéculation immobilière et reprendre le contrôle du territoire afin que chacun puisse trouver un logement digne et abordable, nous devons changer de majorité au parlement. Sortir de la crise du logement c’est possible, en votant la liste 1 et en gagnant une majorité de gauche au parlement.