Le 5 juin 2016, la population de la Ville de Genève refusait à plus de 60% le programme de coupes budgétaires orchestré par la majorité de droite du Conseil municipal. Un véritable désaveu populaire de la posture dogmatique de la droite genevoise qui privilégie le démantèlement culturel et social sans égard pour les besoins des habitant-e-s et le bien commun. Sourds face au choix des électrices et électeurs, le PLR, l’UDC, le PDC et le MCG ont réitéré leurs attaques en 2017 en ciblant les personnes les plus modestes. Les partis et acteurs progressistes de notre Ville sont déterminés à lutter contre ces nouvelles coupes budgétaires qui visent à briser les liens sociaux, culturels et de solidarité font la force de notre collectivité.

La force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres
La réduction de l’allocation de rentrée scolaire symbolise parfaitement la volonté de la majorité de droite de faire peser leur politique d’austérité budgétaire sur les épaules des plus précaires. Alors que le projet de budget présenté par le Conseil administratif était équilibré et les comptes 2016 largement excédentaires, leur entêtement est une posture idéologique empreint d’une indifférence coupable vis-à-vis de la fragilité financière dont souffrent nombre de familles à Genève. Le maintien de cette allocation est indispensable pour que l’école ne soit pas source de discrimination et que la rentrée scolaire ne devienne pas une cause supplémentaire de préoccupations financières pour les familles qui peinent à boucler leur fin de mois. Non aux coupes sur le dos des enfants.

La culture, richesse symbolique, collective et économique
Les coupes de 2016 dans les subventions aux associations touchaient au premier chef les artistes et l’offre culturelle de notre Ville. Malgré un net refus par la population, la majorité de droite s’attaque une nouvelle fois à ce secteur. En plus du déni démocratique que cet acharnement représente, ce calcul de petit comptable est contre-productif. Une récente étude démontre que l’économie culturelle et créative produit quelques 27’866 emplois pour une valeur ajoutée de 4.5 milliards. Cette coupe s’attaque donc tant à la richesse culturelle de Genève qu’aux acteurs qui la font vivre.

Genève, ville solidaire et internationale
La tradition internationale, solidaire et humanitaire de Genève fait la force et la fierté de notre Ville. Cela fait exactement cinquante ans que la Ville de Genève attribue une part de son budget pour financer des projets de coopération et d’aide au développement. Cette solidarité financière permet de soutenir chaque année la création et le fonctionnement d’écoles, d’orphelinats, d’hôpitaux, de programmes d’aide à l’agriculture locale, à la lutte contre la torture, au maintien de la paix et à la promotion des droits humains dans plus de 40 pays. Cette coupe de 340’000.- représente un bien cynique « cadeau » pour célébrer le demi siècle d’une Genève solidaire.

Un service public fort pour des prestations de qualité
En coupant 1 million de francs dans les dépenses générales des départements, la majorité de droite réduit consciemment des prestations telles que la sécurité incendie, l’entretien des parcs, des places de jeux et des bâtiments scolaires ou l’organisation de grandes manifestations populaires. D’une manière plus générale, il s’agit d’une offensive contre l’ensemble du service public et les collaborateurs-trices de la Ville de Genève qui fournissent les prestations indispensables au maintien de la qualité de vie de genevois-e-s et à la cohésion sociale de notre collectivité.

Unis, les partis de l’Alternative, les syndicats et de nombreuses associations de la société civile sont déterminés à faire échouer ce vaste programme de démantèlement culturel et social et faire enfin comprendre à la majorité de droite du Conseil municipal que la population n’adhère pas à son projet anti-social. Nous appelons donc la population à voter 4XNON le 24 septembre 2017.