fbpx

Les Genevois-es se prononçaient ce weekend sur plusieurs sujets cantonaux et fédéraux. Ensemble à Gauche se réjouit de l’acceptation de l’extension de la norme antiraciste à l’orientation sexuelle à Genève comme en Suisse. Si l’initiative fédérale de l’ASLOCA « Davantage de logements abordables » a été acceptée à Genève, EàG regrette son rejet fédéral. Au niveau cantonal, EàG regrette le refus des déclassements de zones villas en zone de développement à Meyrin et Vernier, un vote qui s’explique sans doute par la proximité immédiate de l’aéroport.

Un premier pas pour l’égalité
L’extension de la norme pénale antiraciste à l’orientation sexuelle permettra de condamner pénalement les appels à la haine et les discriminations homophobes. Il s’agit d’élargir le mécanisme légal en vigueur contre les attaques et discriminations à caractère raciste à l’homophobie. Le signal fort que les Genevois-ses et l’ensemble de la population suisse ont envoyé aujourd’hui est important, mais il ne constitue qu’un premier pas dans la lutte en faveur de l’égalité pour les personnes LGBTI+. Il s’agit désormais de se battre en faveur de l’extension de la norme antiraciste aux discriminations transphobes ainsi que pour un mariage pour toutes et tous comprenant le droit à l’adoption et à la procréation médicalement assistée. Au-delà de l’égalité dans les textes de loi, la lutte pour l’égalité réelle doit également être renforcée.

Initiative fédérale pour des logements abordables
Les électeurs-trices genevois-es veulent plus de logements abordables. Ils ont à nouveau fait confiance à la gauche et l’ASLOCA en acceptant l’initiative fédérale « Davantage de logements abordables ». Il est toutefois regrettable que cette initiative, qui prévoyait l’encouragement de l’offre de logements à loyers modérés et le contrôle public d’au moins 10 % des constructions, soit refusée au niveau fédéral. Les spéculateurs immobiliers, qui ont injecté des millions dans cette campagne, peuvent aujourd’hui se frotter les mains. Leurs placements immobiliers continueront de générer des millions… sur le dos des locataires !

Vernier et Meyrin: pas de zone de développement à proximité de l’aéroport
Le NON l’a emporté sur la modification de zone à Vernier et Meyrin. Cela est probablement dû à la proximité immédiate de l’aéroport. Toutefois, le soutien clair à l’initiative de l’ASLOCA a démontré une fois de plus que les votant-e-s genevois-e-s sont favorables à la construction de plus de logements sociaux.

La position opportuniste d’une partie de la gauche a pu jouer un rôle dans ce résultat. Il est pourtant absurde de défendre les zones villas au nom de l’environnement. Au contraire, ces zones sont de véritables trous noirs en matière d’aménagement, y compris pour la biodiversité. Par ailleurs, elles occupent près de la moitié de la surface construite et hébergent moins de 15% de la population. Alors que la surdensification pose problème au centre-ville – pour la qualité de vie autant que pour la nature en ville – et que les déclassements de zones agricoles doivent être limitées au maximum, c’est bien dans les zones villas qu’il faut désormais construire. Rappelons que la zone de développement est la seule permettant une véritable planification transparente et démocratique de l’aménagement ainsi que la construction de logements bon marché.

Pour autant, le signal envoyé aujourd’hui, comme lors des précédentes votations de novembre 2019, doit nous encourager à mieux réfléchir à la manière dont nous construisons.