fbpx

Le Grand Conseil s’est penché sur les comptes de l’année 2019 et la gestion du Conseil d’Etat. L’excédent de 188 millions témoigne qu’il est possible de mener une politique plus sociale et ambitieuse en faveur du climat. Le Conseil d’Etat a pourtant choisi de maintenir le cap des restrictions budgétaires afin de financer les cadeaux fiscaux aux grandes entreprises (RFFA). C’est sans doute la dernière fois avant longtemps, que l’Etat de Genève affiche un excédent dans ses comptes. La RFFA plombera largement les rentrées fiscales à l’avenir et la crise va massivement détériorer la situation financière du canton. Il est d’autant plus urgent de se mobiliser pour mettre en échec la politique du gouvernement et de la majorité de droite, la bataille du budget sera décisive.

Genève est le canton le plus inégalitaire de Suisse selon une étude récente de l’administration fédérale. C’est l’un des cantons où les fortunes croissent le plus rapidement alors que la pauvreté et la précarité s’étendent de manière alarmante. Face à ce constat, il semble raisonnable que l’Etat joue son rôle de redistribution des richesses. Pourtant, les services publics se retrouvent sinistrés par manque de moyens. Une situation préoccupante alors que la crise économique et sociale exige une intervention forte de l’Etat.

La RFFA creusera durablement les caisses de l’Etat et la crise actuelle plombera encore d’avantage la situation, d’autant plus qu’elle entraîne déjà une explosion des besoins de la population. Tout porte pourtant à croire que le Conseil d’Etat se bornera à durcir la ligne actuelle en multipliant les économies sur le dos de la population et des salarié-e-s de la fonction publique. Le gouvernement a d’ailleurs annoncé qu’il refusait a priori toute augmentation d’impôts – même temporaire –  pour les grosses fortunes. Dans ce contexte, l’initiative d’EàG pour imposer les gros actionnaires sur la totalité de leurs revenus tombe à pic. Les privilèges fiscaux des gros actionnaires coûtent en effet entre 100 et 150 millions à l’Etat, soit environ le montant du déficit des HUG en 2020… Nathalie Fontantet – Conseillère d’Etat en charge des finances – a d’ailleurs résumé la position du gouvernement en appelant le parlement à remercier les riches qui paient des impôts. Au final, le gouvernement a été désavoué, le parlement refusant nettement le rapport de gestion du Conseil d’Etat.

La vraie bataille aura lieu cet automne. Le gouvernement présentera prochainement le budget 2021 qui sera vraisemblablement un budget d’austérité. La mobilisation de la population et des salarié-e-s de la fonction publique sera capitale pour mettre en échec la politique antisociale de la droite.

Jean Burgermeister