fbpx

NON à un projet de prestige démesuré sans rapport avec les besoins culturels et sociaux de la population !

Attention, seules les personnes ayant le droit de vote en Ville de Genève (Suisses-se-s et étrangers-ère-s domicilié-e-s depuis 8 ans, domicilié-e-s en Ville de Genève) peuvent signer ce référendum.

Des mécènes millionnaires projettent de construire un gigantesque bâtiment aux Nations par le truchement d’une Fondation pour la « Cité de la Musique ». Ce véritable paquebot culturel abriterait une grande salle de concert destinée essentiellement à l’Orchestre de la Suisse Romande (OSR) ainsi que des locaux pour les élèves de la Haute École de Musique (HEM). Ensemble à Gauche a refusé ce projet au Conseil municipal et appelle à soutenir le référendum

Un partenariat public/privé problématique…
Les travaux seraient financés par les mécènes et les frais de fonctionnement payés par le Canton. La Ville de Genève n’aurait donc théoriquement que l’entretien du parc à sa charge. L’expérience montre pourtant qu’avec ce genre de projets mammouth, c’est le contribuable qui finit par passer à la caisse. Or, vu la pingrerie de investissements du Canton en matière de culture, tout porte à croire que c’est la Ville qui, au final, devra payer l’essentiel de la facture. C’est le cas à Lucerne, où le centre culturel KKL avale la plus grande partie du budget culturel municipal.

NON à un projet surdimensionné…
Sous couvert d’inclusion et de pédagogie, on veut imposer une nouvelle institution pharaonique dévolue à la culture de patrimoine essentiellement à destination d’une élite. La politique culturelle devrait au contraire mettre la priorité sur le soutien à la culture autogérée, associative et populaire qui a fait la richesse et le dynamisme du terreau culturel genevois ces quarante dernières années.

…sans lien avec les besoins réels…
Genève ne manque pas de salles disponibles pour des concerts (Victoria Hall, Alhambra, L’abri, etc.). En ces temps de difficultés financières majeures pour les acteurs·trices du monde de la culture, la priorité devrait aller au soutien des musicien·ne·s qui sont très nombreux·euses à se trouver en situation de précarité.

…et anti-démocratique !
Un aménagement urbain de politique culturelle aussi majeur que celui-ci et qui entraînera des frais de fonctionnement aussi importants ne doit pas être décidé par quelques riches mécènes qui ont les millions pour imposer leurs lubies. La population doit pouvoir se prononcer !

Des atteintes à la biodiversité et au patrimoine
Le terrain des Feuillantines, place des Nations, est cédé par l’ONU. La construction impliquerait l’abattage de 130 arbres et d’une villa du 19e siècle encore en bon état. À l’heure où le réchauffement climatique menace de rendre nos villes littéralement invivables à cause des îlots de chaleur, un tel projet qui va supprimer autant de végétation est à rebours du bon sens.

Ecoutons les revendications des musicien·ne·s à qui ces bâtiments ne sont pas destinés, refusons ce projet de prestige !