fbpx

La droite et le MCG ont massivement sabré dans le projet de budget 2020 du Canton de Genève. La majorité de la Commission des finances a finalement accepté un budget très antisocial qui aura des répercussions lourdes sur la population, en particulier les plus précaires. La droite et le MCG portent pourtant une responsabilité directe sur le déficit du canton, notamment en raison de leur soutien à la réforme de la fiscalité des entreprises (RFFA). Malgré les promesses à la veille du scrutin, c’est bien la population qui paiera pour les cadeaux fiscaux aux plus grandes entreprises.

La droite avait soutenu la RFFA en promettant à la population que les pertes fiscales n’engendreraient aucune coupe dans les prestations à la population. Elle a également soutenu le contre-projet à l’initiative sur les subsides des primes d’assurance maladie. Si l’Entente s’est opposée au projet de loi de la gauche et du MCG concernant la CPEG, elle avait soutenu le projet du gouvernement qui aurait coûté plus de 150 millions de francs. Dès lors, le déficit était programmé. Et la droite a choisi de le faire payer à la population en sabrant dans des prestations essentielles. Seul point positif de ce budget, une annuité sera accordée à la fonction publique en 2020.

Il est évident qu’il ne s’agit que d’un avant-goût des politiques d’austérité brutales à venir. Le déficit – comme Ensemble à Gauche (EàG) l’avait annoncé – servira d’argument massue pour sabrer dans les services publics. Pour EàG, il est aujourd’hui nécessaire de trouver des pistes de rentrées fiscales supplémentaires. Les plus grosses fortunes du canton ainsi que les grandes entreprises – qui ont accumulé des trésors colossaux – doivent nettement augmenter leur participation fiscale. La même majorité de droite et du MCG a, au contraire, multiplié les cadeaux fiscaux ces dernières années.

Le budget tel que ressorti de commission ne répond pas aux besoins de la population ni aux exigences environnementales. EàG s’y opposera résolument.