fbpx

Ensemble à Gauche (EàG) avait annoncé être prêt à soutenir le projet de budget 2019 à condition que nos amendements soient acceptés. Il s’agissait en tout de 25 millions destinés à soutenir les prestations à la population dans les secteurs les plus sinistrés. Nous avons réussi à arracher ces moyens supplémentaires et avons donc voté le budget 2019 avec le soutien du PS, des Verts et du MCG.

Rompre avec la logique de l’austérité
Le résultat final du budget ne peut cependant pas être considéré comme répondant pleinement aux besoins de la population. Il faut dire que la situation s’est dangereusement dégradée ces dernières années en raison d’une stagnation des subventions très loin de répondre à la progression des besoins en terme de prestation, notamment en raison du vieillissement de la population et de l’explosion de la précarité. Loin d’être parfait, ce budget a néanmoins le mérite de rompre avec la logique d’austérité qui prévalait ces dernières années. Ainsi, bien que le budget ne parvienne pas à combler les graves retards cumulés dans divers domaines, il offre un début de réponse à des services ayant été particulièrement sinistrés durant ces dernières années d’austérité. Les 25 millions d’amendements d’EàG représentent des améliorations substantielles dans le social et la santé. Ils permettront la création d’environ 200 postes de travail supplémentaires pour aux besoins de la population, en particulier des plus fragiles.

25 millions de plus pour la population
Ainsi, 8 millions ont été injectés aux HUG afin de créer plus des postes dans la prise en charge des patient-e-s, 7 millions à l’Hospice Général dans le but d’améliorer le suivi social des usagers-ères afin de les accompagner réellement vers l’autonomie, 4,8 millions de plus pour l’Imad pour la prise en charge du maintien à domicile, 3,2 millions pour les EMS afin d’annuler la hausse de la participation personnelle quotidienne des usagers-ères de 8.- à 10.-, un demi-million pour le SPMi (protection des mineur-e-s) ainsi que pour le SPAd (protection de l’adulte), et un demi-million pour de nouveaux postes d’infirmiers-ères scolaires au SSEJ.

La prison des Dardelles officiellement enterrée
Dans le domaine de la sécurité, EàG a soutenu une demande de doter de 6 postes supplémentaires le service Police-secours, afin que ce service puisse répondre aux appels à l’aide de la population, contrairement à ce qui prévaut aujourd’hui, comme l’a souligné une motion d’EàG acceptée au mois de novembre. Enfin, le crédit d’investissement permettant de construire la nouvelle méga-prison voulue par Pierre Maudet aux Dardelles a été refusé. Cette dernière est désormais définitivement enterrée. Dans le cadre de ce débat, EàG a plaidé pour un virage à 180 degrés en matière de politique judiciaire et carcérale, dans le canton suisse qui enferme le plus, ce qui est inutile et contre-productive.

Le spectre de la RFFA cantonale (réforme de la fiscalité des grandes entreprises) a plané durant les débats autour de ce budget et la droite n’a eu de cesse de fustiger les dépenses supplémentaires au motif que l’austérité, qui sera rendue nécessaire par la baisse massive des recettes fiscales, devait d’ores et déjà se préparer. La bataille pour le maintien des prestations passera donc par un refus clair et net de RFFA, autant dans ses versions fédérale que cantonale.