fbpx

Ce samedi 19 septembre 2020, la vingtaine de travailleurs licenciés de la Tuilerie de Bardonnex à la Croix-de-Rozon, que son propriétaire depuis quelques années Ceramic Gasser veut fermer à fin décembre, étaient réunis avec leurs représentant·e·s syndicaux (d’UNIA notamment), devant leur usine, pour expliquer leur combat. Ils luttent pour que survive leur entreprise, son outil industriel tout à fait unique aujourd’hui, comme leur savoir-faire irremplaçable et bien sûr au premier chef leurs emplois.

Il s’agit de la préservation d’emplois industriels, de postes de travail occupés par une main d’œuvre dont l’expérience se chiffre en dizaines d’années pour la plupart des salarié·e·s concernés. C’est un savoir faire et un capital humain très précieux qui seraient irrémédiablement perdus si la fermeture de l’entreprise devait aller de l’avant.

EàG se mobilise pour défendre des emplois industriels…
Des élu·e·s d’Ensemble à Gauche (EàG) sont venus sur place en soutien à ce combat. Avec notre conseillère nationale Stéfanie Prezioso, plusieurs députés s’étaient mobilisés. Mais le soutien d’EàG s’était déjà concrétisé par le dépôt une dizaine de jours auparavant, d’une motion au parlement genevois du député Pierre Vanek (M2675) « Tuilerie de Bardonnex : Patrimoine, savoir-faire, emplois…Pour un sauvetage indispensable », déjà inscrite à l’ordre du jour de la session des 1er et 2 octobre. Le groupe EàG en demandera l’urgence. Son texte est téléchargeable ici : http://ge.ch/grandconseil/data/texte/M02675.pdf

La motion relève que Ceramic Gasser a abusivement profité du fait que ses salariés se trouvaient en RHT durant le confinement, puis en vacances jusqu’au 17 août, pour annoncer la fermeture et les licenciements avec une consultation se concluant …au 13 août !

Les travailleurs n’étaient ainsi pas du tout en mesure, dans le délai arbitrairement imposé par l’entreprise, de se réunir, de discuter entre eux, ni de se concerter avec leurs représentant·e·s syndicaux, ce dont se plaignent d’ailleurs à juste titre les syndicalistes qui les défendent. En outre, les RHT sont normalement octroyés …précisément pour éviter des licenciements. Ainsi, des RHT suivis de l’annonce de la fermeture de l’entreprise et des licenciements… il y a quelque chose qui cloche !

Un patrimone important à préserver
Quoiqu’il en soit, notre motion dénonce la quadruple perte d’emplois, d’un savoir-faire irremplaçable, de patrimoine industriel et pour le patrimoine tout-court, que représenterait la disparition de l’usine dont les tuiles, tout à fait uniques, couvrent les toitures de multiples monuments de la région franco-valdo-genevoise du Château de Chillon au Collège Calvin en passant par la Cathédrale Saint-Pierre ou le Château de Ripaille…

La tuilerie e Bardonnex est en effet la dernière de Suisse à produire la tuile jaune plate à l’ancienne, qui couvre de nombreuses toitures historiques dans toute la région valdo-franco-genevoise. Elle a d’ailleurs fait l’objet de visites organisées, l’an dernier encore, dans le cadre de la Journée européenne du patrimoine.

TV8 Mt-Blanc a réalisé à cette occasion l’an dernier des petits films qui présentent l’entreprise et qui méritent qu’on les regarde:

Faux et usage de faux…
Qu’à cela ne tienne Gasser Ceramic veut fermer la boîte et annonce froidement vouloir produir un ersatz : «L’unique différence réside dans le fait que la nouvelle tuile sera engobée de jaune pour représenter la tuile classique de Bardonnex», a expliqué Rudolph Gasser patron de l’entreprise, annonçant ainsi sa volonté de produire des « fausses » tuiles de Bardonnex artificiellement « colorisée » post hoc pour tenter de faire illusion.

La motion EàG enjoint au Conseil d’Etat de tout faire, pour le respect des droits des travailleurs et pour le maintien de l’entreprise. D’autres mobilisations sont prévues sous peu, impliquant également les milieux de protection du patrimoine, également concernés bien entendu. Nous aurons donc l’occasion de revenir sur ce combat.