fbpx

Jeudi dernier, le Grand Conseil se prononçait en session spéciale sur une résolution impulsée par Ensemble à Gauche et soutenue par le PS, les Verts et le MCG proposant de réprouver l’acceptation de cadeau d’une valeur de plusieurs milliers de francs par le Conseiller d’Etat Pierre Maudet. Avec l’apport de l’UDC, c’est une large majorité (55 contre 36 et une abstention) qui a décidé d’envoyer un signal clair à la population, au Conseil d’Etat et au pouvoir judiciaire.

Avec ce vote, le Parlement a clairement réprouvé le comportement du Conseiller d’Etat Pierre Maudet dans l’affaire de son voyage à Abu Dabhi. Une réprobation nécessaire tant les versions contradictoires de Pierre Maudet ont jeté des doutes sur les événements et que ses aveux ont suscité de vives réactions dans la population.

Une exemplarité à réaffirmer
Ce vote est d’autant plus important qu’il répond également au besoin de réaffirmer le devoir d’exemplarité des conseillers d’Etat. En effet, alors que les fonctionnaires de l’Etat, soumis à la loi sur le personnel (LPAC), ne peuvent et ne doivent accepter de cadeaux d’une valeur supérieure à 100frs, il est tout simplement inadmissible qu’un Conseiller d’Etat se permette de ne pas respecter cette directive. Nous devons exiger que cela n’arrive plus.

Un signal à la justice
Ce vote est un signal clair à la population. Il confirme qu’il ne doit pas exister de différence de traitement entre les citoyen·ne·s et les élu·e·s du peuple et que ce qui est reprouvé pour les uns l’est aussi pour les autres. Mais au-delà du symbole politique, c’est également un signal envoyé au Conseil d’Etat et au pouvoir judiciaire pour exiger une procédure au-dessus de tout soupçon. Le Ministère Public est ainsi averti que le Parlement est et sera disposé à assumer son rôle pour que cette affaire soit traitée avec transparence et sérieux.

par Pablo Cruchon, député EàG,
pablo.cruchon@gc.ge.ch