fbpx

Afin d’écarter tout soupçon et favoriser une procédure réellement transparente et impartiale, Ensemble à Gauche a déposé une résolution demandant au Conseil d’Etat de confier la présidence du département de la sécurité et la responsabilité de l’Aéroport International de Genève à un autre conseiller d’Etat que Pierre Maudet pendant la durée de l’enquête pénale en cours. Le traitement en urgence de cette résolution a été accepté au Grand Conseil le jeudi 24 mai 2018! Elle sera traitée en commission de contrôle de gestion.

Du 24 au 30 novembre 2015, le conseiller d’Etat Pierre Maudet effectuait un voyage à Abu Dahbi et assistait à un Grand Prix de Formule 1. Lors de ce voyage, le conseiller d’Etat, accompagné par sa femme et ses trois enfants, mais aussi par son chef de cabinet, M. Patrick Baud-Lavigne et un entrepreneur genevo-libanais, M. Antoine Daher, a rencontré le prince héritier, Mohamed ben Zayed al-Nahyane, ainsi que le vice-président du Conseil et chef de la sécurité d’Abou Dhabi, Hazza ben Zayed al-Nayane. Ces rencontres, ainsi que le recours au service du protocole de l’aéroport à l’aller et au retour ont suscité des questionnements légitimes sur la nature dite « privée » du voyage.

Dans le même temps, l’Aéroport International de Genève (AIG) ouvrait des appels d’offres pour l’attribution des deux principales concessions des services au sol de Genève Aéroport. Les sociétés Swissport et DNata (Emirates Group) ont brigué la reconduction de leur mandat pour 7 ans, et l’ont obtenue aux dépens de plusieurs challengers et ceci malgré les nombreuses critiques formulées à l’encontre de DNata par les compagnies d’aviation, les syndicats et les salariés. Ce choix a été validé par le Conseil d’Administration de l’AIG dont M. Patrick Baud-Lavigne est membre, en date du 23 mars 2016. L’interrogation à propos des rôles de Messieurs Pierre Maudet et Patrick Baud-Lavigne dans cette adjudication est légitime et nécessite une clarification.

En mai 2016, M. Maudet écrivait au rédacteur en chef de Radio Lac, Raphael Leroy, qu’il avait déboursé 4000 francs pour son voyage, soit le coût qu’il estimait être celui d’un vol aller-retour en business class pour 2 adultes et 3 enfants de moins de douze ans sur la compagnie Etihad. Depuis, il a précisé que ce voyage avait été offert par un discret donateur.

Un spécialiste vaudois de ce type de voyage, M. Steve Domenjoz, de l’agence SDF1, interrogé par Radio-Lac le 17 mai dernier, estime le coût total aller-retour à Abu Dhabi en classe business pour un couple et trois enfants, avec une suite à l’Emirates Palace et des tickets VIP pour le Grand Prix à 57 000 francs, auxquels il faudrait ajouter quelque 12 000 francs pour M. Patrick Baud-Lavigne, soit un total de près de 70 000 francs à charge de discrets donateurs.

Ce voyage et ses contours « intriguants » ont amené à un rapport d’enquête de la Brigade financière qui a été transmis au Ministère Public en date du 21 aout 2017. Celui-ci a ouvert une procédure pénale du chef d’acceptation d’un avantage (art. 322 sexies CP). Or dans ce genre de cas, le Ministère Public délègue des actes d’enquête à la police afin d’établir les faits. Vu l’importance de cette procédure du point de vue politique et moral, celle-ci doit pouvoir se dérouler de la manière la plus transparente et impartiale possible. Donner les meilleures conditions de réalisation à cette enquête est un devoir afin qu’aucun soupçon d’interférence ne puisse venir ternir les conclusions de la justice. Malheureusement, le Conseil d’Etat élu, en annonçant la répartition des départements, n’a pas pris la mesure de la situation et a confié à M. Pierre Maudet la présidence, la responsabilité de l’Aéroport et le département de la sécurité.

Dans cette situation, le problème de l’impartialité doit être posé. Comment garantir que la police puisse mener son enquête en toute liberté ? Comment assurer que les éventuels témoins travaillant à l’Aéroport ou au département de la sécurité puissent s’exprimer librement et sans pression ?

Retrouvez la résolution d’EàG en cliquant ici.

Retrouvez également la question écrite urgente déposée par EàG sur ce même sujet en cliquant ici.