fbpx

En début de séance du Grand Conseil le parlement était saisi de l’approbation (ou non) de deux arrêtés urgents du Conseil d’Etat pris en vertu des dispositions de l’art.113 de la constitution du fait de la « situation extraordinaire » de la pandémie du COVID. Le principal de ces arrêtés portait sur la suspension des évacuations de locataires par la force publique… Une excellente chose par les temps qui courent, qui voient des locataires en situation difficile ainsi protégés contre le fait d’être mis à la rue par la police, mais ce qui est moins enthousiasmant c’est que ce sursis ne vaut que… jusqu’à la fin du mois de mars !

Ainsi, EAG – par la voix du député Rémy Pagani – a déposé et défendu vigoureusement un amendement à la résolution d’approbation des mesures du Conseil d’Etat (R951) demandant au gouvernement de «prolonger la suspension des évacuations forcées de locataires jusqu’à la fin de l’année 2021» soit pendant 9 mois. Ceci pour que la mesure ait un impact réel significatif et ne soit pas un simple sursis de deux ou trois semaines pour certaines victimes de la crise et des baisses de revenus qu’elle a entraînées pour de très nombreux locataires, leur rendant parfois impossible de s’acquitter des loyers exorbitants qu’on connaît à Genève qui est une des Villes les plus chères de Suisse en matière de logement.

Nombre de salarié·e·s notamment des femmes ont vu leurs revenus baisser de 20 ou 30% depuis le début de la pandémie a martelé Pagani… ceci sans voir leurs charges diminuer, notamment le loyer. Il faut en tenir compte dans la durée.

Face à cette proposition, le conseiller d’État Mauro Poggia est monté au front, au nom du gouvernement, pour demander que le parlement refuse cet amendement. L’entorse au droit fédéral que constituerait de ne pas mettre des locataires à la rue se défendrait – selon lui – pour quelques jours ou semaines seulement, mais pas au-delà… de l’audace oui, mais il ne faudrait pas que cela se remarque au plan national et que les plus démunis en profitent vraiment.

Aux voix l’amendement d’EAG a certes rassemblé les voix de la gauche du parlement… mais les MCG, UDC, PLR et PDC… n’ont pas eu le courage de refuser de mettre des familles à la rue ! Honteux…