fbpx

Près de 
3000 personnes ont pris la rue cet après-midi pour crier leur refus des politiques gouvernementales irresponsables, répressives et qui favorisent la petite frange la plus riche de Genève. «Ces politiques menées par un gouvernement déconnecté de la réalité sociale sont construites sur des mesures particulièrement nocives pour la grande majorité de la population : assèchement des prestations sociales, pénalisation des plus précaires, privatisation de la ville, etc.», dénonce Pablo Cruchon, militant et candidat EàG au Conseil d’Etat. «Le large front social d’aujourd’hui montre que la population en a assez et qu’elle est en train de s’organiser afin de construire une alternative !»

Ils privatisent la ville…

Les faveurs aux plus riches de notre canton se traduisent notamment par une accélération de la privatisation de la ville et de l’espace public. «Les appartements et les surfaces commerciales de luxe envahissent Genève et relèguent la majorité de la population aux quartiers sur-densifiés ou à la périphérie», dénonce le militant. «La construction de logements abordables ne suit pas et les opérations spéculatives continuent de priver la population d’espaces accessibles. Le résultat est clair : le droit à la ville dépend toujours plus du porte-monnaie et la majorité de la population peine du coup à y trouver sa place et un logement.»

…et répriment ce qui ne leur plaît pas !

Parallèlement à cette confiscation de la Ville par une minorité de personnes fortunées et leur relais politiques bourgeois, d’autres politiques amplifient ces phénomènes. «L’encadrement répressif et bureaucratique des manifestations, des tractages, des actions syndicales et la suppression de tous lieux de vie et de construction politique alternative tendent à empêcher l’expression de la contestation populaire et la construction d’autres manières de vivre la ville», regrette Pablo Cruchon. «Pire, l’enfermement et l’expulsion des personnes en exil et la criminalisation de la pauvreté écartent carrément toute une série de personnes de l’accès à nos rues et à nos villes.» En d’autres termes, la majorité au pouvoir façonne une Genève où seuls les plus fortuné·e·s, consommant des produits de luxe auront droit de cité. Les autres seront relégués à la périphérie, réduits au silence et à la précarité.

Organisons-nous !

Nous ne pouvons pas les laisser faire. Ensemble à Gauche (EàG), aux côtés d’un large front, est à l’origine de deux initiatives populaires « Construisons des logements pour toutes et tous ! » qui visent à augmenter la part de logements subventionnés et à loyers contrôlés dans les nouveaux quartiers. Ces initiatives soutenues par près de 20’000 citoyen·ne·s sont attaquées juridiquement par les milieux immobiliers qui craignent de voir un vote populaire faire diminuer leurs juteux profits.

Dans l’immédiat, EàG vous invite à signer l’initiative lancée par le Cartel Intersyndical et l’ASLOCA « Sauvegarder les rentes en créant du logement » qui vise à transférer des terrains pour faire construire du logement locatif abordable à la Caisse de Prévoyance de l’Etat. «Mais la résistance passera aussi et surtout par la mobilisation sociale pour pousser notamment à la construction et à la mise à disposition de logements et d’espaces répondant aux besoins réels de la population en n’hésitant pas à faire usage des occupations et des expropriations», conclut le militant. «Pour agir concrètement, dégageons la majorité politique au pouvoir au Canton pour mettre fin à ses politiques odieuses. Notre voix compte! Faisons-la entendre!»