fbpx

L’initiative «ZÉRO PERTE: GARANTIR LES RESSOURCES PUBLIQUES, LES PRESTATIONS ET LA CREATION D’EMPLOIS» vise à inscrire dans la constitution genevoise une action de l’État en faveur d’une réduction de la concurrence fiscale intercantonale, de la préservation du financement des services publics et des prestations à la population, avec le maintien du niveau des recettes fiscales et le renforcement de la progressivité de l’impôt.

La majorité parlementaire de droite emmenée par le PLR, avec l’appui indéfectible d’un MCG toujours plus aligné sur le gouvernement, combat ces principes qui devraient pourtant être une évidence et qui sont d’une importance capitale dans les conditions de la crise sanitaire et sociale actuelle.

Contre la spirale de la sous-enchère fiscale et en défense des services publics
Sans lutte contre la concurrence fiscale intercantonale débridée, les cantons s’alignent progressivement sur les régimes fiscaux les moins redistributeurs et les plus antisociaux, au profit d’une poignée de privilégié-e-s et aux dépens de l’intérêt de la majorité de la population.

Inscrire en toutes lettres le maintien du niveau des recettes fiscales dans la Constitution contribuera à prévenir ce risque à Genève, tandis que le renforcement de la progressivité de l’impôt assurerait une meilleure redistribution des richesses, dans un canton où les écarts ne font que se creuser.

Aujourd’hui, les coupes dans les salaires du secteur public et dans les prestations à la population sont en marche et vont se déployer sans frein, si l’opposition de la gauche politique et syndicale ne marque pas des points avec l’appui d’une mobilisation populaire. Dans ce contexte, il est notamment important d’inscrire dans la Constitution le principe de la préservation du financement des services publics et des prestations à la population. A l’heure de l’explosion des inégalités, il est indispensable d’exiger de l’Etat qu’il joue pleinement son rôle de redistribution des richesses notamment grâce à des services publics forts, accessibles à toutes et tous.