fbpx

solidaritéS.ch, le mouvement de Stefanie Prezioso, a pris connaissance avec stupéfaction et consternation des propos apparemment tenus — selon l’article de Sylvia Revello publié dans le quotidien Le Temps du 11 décembre 2020 — par deux membres de cette organisation sur notre représentante au Conseil national. Ces attaques malveillantes et calomniatrices contreviennent gravement, d’autant plus qu’elles sont proférées de manière anonyme, aux règles et aux traditions démocratiques en vigueur dans notre mouvement, et elles sont en profonde contradiction avec toutes les valeurs que nous défendons. Nous les rejetons et les condamnons donc totalement.

Ces accusations sont d’autant plus choquantes qu’elles sont contraires aux faits: depuis son entrée en fonction, Stefanie Prezioso mène un travail quotidien et sans relâche, souvent seule contre toute la représentation parlementaire, pour défendre nos idées et notre programme.

Notre conseillère nationale a déposé un grand nombre d’objets (interpellations, motions, postulats) tant sur les questions nationales qu’internationales; elle s’est exprimée au Conseil national sur le budget Covid-19, sur la loi CO2, sur les aides à la culture, sur la protection des salarié·e·s et en particulier des femmes, sur le personnel de santé, sur les lois anti-terroristes, etc., comme en attestent un nombre considérable de communiqués et de lettres d’informations envoyées à des milliers de personnes au cours de cette dernière année. 

Ses prises de positions ont été relayées largement tant dans la presse alémanique que dans la presse tessinoise et romande et elles ont même eu un écho à l’échelle internationale, notamment sur la question de l’annulation de la dette, des droits du peuple kurde, du soutien au processus de paix en Colombie, des droits démocratiques au Brésil, des revendications du peuple palestinien ou de la défense de la liberté d’opinion et de recherche en Iran.  Et c’est sans doute pour cela qu’un journal néolibéral comme Le Temps cherche à salir son image. Il ne s’agit donc pas uniquement de calomnies mais de contrevérités crasses. Nous soutenons son action à Berne et nous lui réitérons notre pleine confiance pour les années à venir.


De nombreux messages de soutien

Suite à l’article du Temps, Stefanie Prezioso a reçu plus d’une centaine de témoignages de soutien, dans et hors de son organisation politique. On notera notamment les messages de Christine Poupin (NPA, France), Daniel Tanuro (Gauche anticapitaliste, Belgique), Giuliano Granato (Potere al Popolo) ou encore Israel Dutra (PSOL, Brésil) . Nous en reproduisons deux ci-dessous.


Giuliano Granato, IV internationale, Potere al Popolo, Italie

Wir haben von den verleumderischen Angriffe der westschweizerischen Tageszeitung Le Temps auf die Nationalrätin Stéfanie Prezioso erfahren und verurteilen diese scharf. Wir kennen Stéfanie Prezioso seit Beginn unserer politischen Formation Potere al Popolo Ende 2017. Unser Austausch und unsere Zusammenarbeit war stets geprägt durch Professionalität und politische Leidenschaft. Gerade in dieser gesundheitspolitischen schwierigen Zeit schicken wir Stéfanie Prezioso unsere vollste Unterstützung für ihre parlamentarische Arbeit, in der sie immer für die Rechte und Interessen der Arbeiter*innen und der Schwächsten unserer Gesellschaft einsteht.


Israel Dutra, Secrétaire des relations internationales du PSOL-Brésil 

Le PSOL – Parti Socialisme et Liberté, du Brésil, se solidarise avec notre camarade et députée suisse Stefanie Prezioso, qui subit des attaques à caractère sexiste et droitier de la presse conservatrice de son pays. Nous réaffirmons toute notre solidarité aux camarades de solidaritéS. Depuis le Brésil, nous dénonçons ces attaques et exigeons du respect envers la camarade [Stefanie] Prezioso.