fbpx

L’examen de la résolution «Prise en charge des mineurs non accompagnés dans l’asile (RMNA)» (R 806) aura nécessité pas moins de 14 séances, dont une visite au centre de l’Etoile pour tenter de cerner la situation des RMNA à Genève. D’importantes carences sont apparues, principalement la concentration de 146 mineur-e-s dans un même lieu d’hébergement et d’accompagnement socio-éducatif, le suivi supplémentaire de 35 jeunes adultes, l’absence d’un réel projet éducatif ou encore un déficit de postes d’accompagnement.

Les nombreuses auditions des acteur-trice-s professionnels qui interviennent auprès de ces jeunes ont été édifiantes et ont mis en évidence de nombreux éléments qui devraient être corrigés ou améliorés. Cependant, si les habituels clivages sur les questions de l’asile n’ont pas manqué d’apparaître, un consensus s’est tout de même dégagé pour soutenir une intervention auprès de la Confédération pour obtenir des moyens supplémentaires pour répondre aux besoins spécifiques de ces jeunes gens.

Toutefois, cet accord ne pouvait se trouver que sur un nouveau texte, vidé de certains aspects pourtant fondamentaux. Ne serait-ce que les invites à considérer «qu’un mineur requérant d’asile est un enfant en devenir, quel que soit son statut», «qu’une convention internationale n’est pas modulable et que tous les enfants doivent avoir les mêmes droits». Dans un tel cas de figure, en général, le premier texte est retiré au profit du second. Nous nous y sommes refusé pour ne pas perdre le précieux contenu des auditions (R 806 A), qui sont autant de témoignages sur le vécu des RMNA dans le dispositif de prise en charge genevois. Le texte de la résolution a été refusé, mais, compte tenu des circonstances, pour mieux faire entendre les besoins des RMNA et la la voix des professionnel-le-s qui interviennent auprès des ceux-ci.

par Jocelyne Haller, député EàG,
jocelyne.haller@gc.ge.ch