fbpx

La catastrophe écologique en cours, marquée notamment par le dérèglement climatique et l’effondrement de la biodiversité est d’une gravité extrême. La grève climat et les mobilisations massives de la jeunesse dans la rue ces derniers mois ont pointé à juste titre le système économique capitaliste comme source principale du problème.

POUR UN PLAN D’URGENCE CLIMAT
Nous devons faire entendre à Berne le cri d’alarme porté par les mobilisations massives des jeunes. Les mesures prises jusqu’à aujourd’hui sont largement insuffisantes. Surtout, la majorité politique refuse systématiquement de voter des lois qui pourraient contrevenir aux intérêts des milieux économiques. Le temps est désormais compté : il est urgent de mettre en place un plan d’urgence pour le climat permettant d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2040 au plus tard. A l’inverse de la tendance dominante, qui vise à multiplier les taxes socialement injustes, nous défendons des mesures écologistes permettant d’accroître la justice sociale.

VERS UNE MOBILITÉ D’AVENIR
Une transition écologique sérieuse passe inévitablement par une réduction drastique des transports motorisés individuels et du trafic aérien. En parallèle il faut développer massivement les transports publics et les rendre gratuits dans les agglomérations. Les prix exorbitants du train sont aujourd’hui un frein important pour beaucoup, c’est pourquoi nous défendons une baisse massive des tarifs CFF. La Confédération doit soutenir les aménagements de mobilité douce pour encourager les déplacements à pied et à vélo. Nous défendons un moratoire sur toute extension du réseau routier et autoroutier.

ÉCONOMISER L’ÉNERGIE, DÉVELOPPER LES RENOUVELABLES
La Suisse a pris un sérieux retard en matière d’énergies vertes, par manque flagrant de volonté politique. Il est urgent de développer le solaire et l’éolien grâce à un plan public ambitieux qui prévoie aussi une baisse globale de la consommation d’énergie (économies et efficience). L’énergie nucléaire continue de nous faire courir des risques immenses : il faut en sortir au plus vite. La privatisation totale du marché de l’électricité souhaitée par le Conseil fédéral empêcherait tout contrôle démocratique et toute transition écologique sérieuse : au contraire, c’est d’un véritable service public de l’énergie dont nous avons besoin !

VERS LA SOUVERAINETÉ ALIMENTAIRE
Depuis plusieurs, décennies, la Suisse fait face à une diminution continue du nombre d’exploitations agricoles, aux dépens des petites exploitations. Ainsi, la taille moyenne des exploitations a doublé depuis 1975. A rebours de cette concentration des terres, nous défendons une agriculture paysanne de proximité qui tienne compte des limites du sol et de l’environnement en assurant des prix de ventes et des revenus décents aux producteurs·rices. La souveraineté alimentaire, qui remet au centre les besoins de la population sans défavoriser les pays du Sud, est au cœur de notre projet.

PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ
L’érosion de la biodiversité suisse se poursuit, démontrant l’insuffisance des mesures prises jusqu’aujourd’hui. Pas moins de 35 % des espèces du pays sont menacées ! Il faut élargir les surfaces protégées. Plus largement, la protection de la biodiversité doit être prise en compte dans toutes les politiques publiques, aménagement, agriculture, transports, etc. Elle passe aussi par une protection accrue de certaines espèces, à l’inverse des chambres fédérales qui ont récemment voté l’assouplissement des normes encadrant les tirs de certains animaux, dont l’ours et le loup.

POUR UNE ALTERNATIVE ÉCOSOCIALISTE
Le système doit changer radicalement : diminuer les émissions de gaz à effet de serre locales, mais aussi empêcher les grands groupes économiques qui ont leur siège en Suisse d’exercer leurs activités prédatrices sur la planète. Notre projet d’avenir est celui d’une société différente où la production ne vise plus l’accumulation sans fin au profit d’une minorité, mais ce qui est nécessaire au bien-être de toutes et tous, y compris dans les pays les plus pauvres, selon des choix démocratiquement effectués par la population. 

Nos propositions

✔ Gaz à effet de serre : – 75 % en 2030, neutralité carbone en 2040

✔ Réduction massive du trafic auto et aérien

✔ Moratoire sur l’extension du réseau (auto-)routier

✔ Plan public ambitieux d’isolation thermique des bâtiments

✔ Un véritable service public de l’énergie, non à la privatisation

✔ Sortie immédiate du nucléaire

✔ Soutien aux productions agricoles locales, et réduction de la consommation de viande et de poisson

✔ Soutien accru aux jeunes paysan·ne·s et reconnaissance des coopératives paysannes

✔ Meilleure protection de la biodiversité