fbpx

La culture ne peut pas être considérée comme une marchandise, réduite aux aléas du marché et de ses seuls impératifs de profits. La richesse culturelle de Genève doit être soutenue dans toute sa diversité. Le Canton de Genève doit se donner les moyens pour jouer enfin un rôle central dans ce domaine. Mais la nouvelle répartition des tâches entre communes et canton a réduit les possibilités de subventions pour les artistes, sans pour autant que le canton prenne ses responsabilités financièrement. La politique culturelle ne doit par ailleurs pas être réduite aux grandes institutions. Les formes alternatives de culture doivent aussi être soutenues, notamment par la mise à disposition d’espaces pour des collectifs auto-gérés à l’image de ce qu’était l’Artamis, mais aussi en subventionnant les festivals de quartiers. Le soutien à une culture riche et variée, accessible à toutes et tous, doit être une priorité pour ce canton.
 

Nos propositions

– Soutien public à la culture sous toutes ses formes ; augmentation nette de la participation de l’État
– Mise à disposition d’espaces permettant une expression artistique pour des collectifs auto-gérés
– Soutien accru aux artistes locaux
– Augmentation des revenus des travailleurs-euses de l’art dans les institutions publiques ; création d’un statut de type « intermittent du spectacle » pour leur assurer les moyens de poursuivre leurs activités artistiques
– Mise en place d’un plan stratégique pour la culture en coordination entre communes, cantons et milieux artistiques ; soutien de l’initiative populaire Pour une politique culturelle cohérente à Genève
– Développement d’une politique publique de la culture, en opposition avec les tentatives de privatisation des grandes institutions
– Soutien accru aux festivals et manifestations culturelles de quartier