fbpx

Durant cette session, le Grand Conseil traitait pour la première fois de l‘initiative “Pour des primes d’assurance maladie plafonnées à 10% du revenu du ménage” lancée au printemps dernier par Ensemble à Gauche, le Parti Socialiste et les Verts, exigeant que le canton adapte les subsides d’assurance maladie afin de ramener la charge de la prime au maximum à 10% du revenu. En préalable à la discussion, est intervenu le préavis défavorable du Conseil d’Etat à l’initiative et sa volonté de lui opposer un contreprojet. Le groupe EàG s’est pour sa part résolument engagé en faveur de l’initiative et rejette un contreprojet qui ne prendra pas en compte les besoins réels et urgents de la population en matière de couverture des cotisations d’assurances maladie. Pour EàG, il n’est pas question de permettre à certains conseillers d’Etat, qui se sont largement appuyés sur cette initiative durant leur campagne électorale, de travestir leur reniement.

La population a mal à sa LAMal ! Le principe d’une assurance sociale sans but lucratif à fait long feu. Car en fait que dire de cette interdiction de réaliser des bénéficies alors que nous nous heurtons au « triangle des Bermudes » que représentent les réserves des caisses maladie. Une fois engrangé cet argent disparait des radars, et l’on ne peut pas plus surveiller son utilisation que de tenter d’y avoir recours pour freiner la hausse constante des cotisations ou en restituer une partie aux assurés qui paient manifestement des primes trop hautes depuis des années.

La charge des cotisations d’assurance devient insupportable pour nombre de familles. Pour un groupe familial de 2 ou 3 personnes on se trouve déjà à une charge équivalente à leur loyer. Ceci dans un contexte où une grande partie de la population s’appauvrit et est trop souvent contrainte de renoncer à des soins médicaux en raison de franchises trop élevées.

C’est pourquoi l’initiative demande que les cotisations ne représentent pas plus de 10% des ressources des ménages et que la part supplémentaire soit prise en charge par l’Etat au titre de subside à l’assurance maladie.

Évidemment une telle proposition n’a pas la prétention d’agir sur la cause : l’augmentation obscure et incontrôlée des cotisations des caisses maladie. Mais elle ne devrait constituer qu’une transition, compte tenu de l’intérêt évident de l’Etat d’user dès lors de tous les leviers disponibles pour faire obstacle aux manœuvres du lobby des caisses maladie et intervenir au niveau fédéral pour modifier la LAMal et faire cesser le scandale de la hausse constante des cotisations d’assurance.

EàG, avec le PS et Verts, a porté l’initiative jusqu’à son aboutissement. Il n’entend en rien transiger sur ses engagements auprès de ceux qu’il a invités à signer cette initiative. C’est aussi dans cette cohérence, qu’il s’opposera au contreprojet ; car il se refuse à cautionner ce renoncement à des engagements pris par des candidat-e-s aux élections du printemps dernier, qui brandissaient alors l’initiative comme un instrument de redistribution fiscale indispensable à la justice sociale et qui aujourd’hui appellent à un contreprojet qui passe par le refus de l’initiative…