fbpx

Ensemble à Gauche a déposé une résolution pour demander que le Conseiller d’Etat Pierre Maudet soit remplacé à la tête du département de la sécurité et de l’Aéroport le temps que durera l’enquête pénale liée à « l’affaire Maudet ». Une résolution qui garantirait à la population genevoise une procédure transparente et démocratique dans une affaire qui pourrait avoir de lourdes conséquences. Le parlement l’a bien compris et à accepter son ajout à l’ordre du jour et la discussion immédiate.

Une « affaire Maudet » qui ne cesse d’enfler
Les semaines passent et tandis que Pierre Maudet change de version comme de chemise, la presse révèle toujours plus d’éléments inquiétants concernant cette affaire : un voyage « privé » aux contours bien intrigants, un cadeau reçu à hauteur de 70’000 frs, une possible intervention dans le choix d’une entreprise pour une concession à l’Aéroport, des liens surprenants avec le monde de l’immobilier, une enquête policière de la brigade financière, l’ouverture de procédure pénale …bref, cette histoire prend de plus en plus d’ampleur et pourrait ouvrir une grave crise gouvernementale.

Donner les conditions de la transparence
Vu l’importance de cette procédure du point de vue politique, moral et pénal, il est nécessaire que tout soit mis en œuvre pour qu’elle se déroule de la manière la plus transparente et impartiale possible. Donner les meilleures conditions de réalisation à cette enquête est un devoir afin que les faits puissent être établis et qu’aucun soupçon d’interférence ne puisse venir ternir les conclusions de la justice. Malheureusement, le Conseil d’Etat élu, en annonçant la répartition des départements, n’a pas pris la mesure de la situation et a confié à M. Pierre Maudet la responsabilité de l’Aéroport et le département de la sécurité.

Dans cette situation, le problème de l’impartialité doit être posé. Comment garantir que la police puisse mener son enquête en toute liberté ? Comment assurer que les éventuels témoins travaillant à l’Aéroport ou au département de la sécurité puissent s’exprimer librement et sans pression ?

Afin d’écarter tout soupçon et favoriser une procédure réellement transparente et impartial, nous avons invité le Grand Conseil à demander au Conseil d’Etat de confier la présidence du département de la sécurité et la responsabilité de l’Aéroport International de Genève à un autre conseiller d’Etat que Pierre Maudet pendant la durée de l’enquête pénale en cours.

Une première petite victoire
En gagnant les votes pour l’ajout à l’ordre du jour et la discussion immédiate, EàG a remporté une petite victoire face à l’Entente qui cherche à tout prix à éviter le sujet. Malheureusement, ceux qui avait soutenu notre démarche, ont préféré renvoyer cette résolution en commission plutôt que de prendre leur responsabilité. La responsabilité de garantir aux habitant-e-s de Genève que la justice sera rendue peu importe l’importance politique de la personne impliquée. Cependant cette histoire est loin d’être terminée puisque la commission de contrôle de gestion devra également se saisir des événements. Nous ne lâcherons rien.

par Pablo Cruchon, député EàG,
pablo.cruchon@gc.ge.ch