fbpx

Certains de celles et ceux qui les ont connus en rêvent encore: les dimanches sans voiture du début des années septante, marquant une réappropriation de la Ville par ses habitant-e-s, une explosion de l’espace accessible aux piéton-ne-s, un air libéré de la puanteurs des hydrocarbures brûlés, un quotidien (ne fut-ce que pour un jour) différent… signalant concrètement que «changer la vie» était possible.

Dans un pâle écho de ce souffle venu du siècle dernier, les Verts proposaient au Grand Conseil une motion pour des dimanches sans voiture. Mais attention, le périmètre visé était celui de la rade seulement et la demande initiale de 12 dimanches avait été rabotée à 4… pour être plus «réaliste» encore et tenter de séduire les sectateurs du Dieu-Bagnole qui peuplent majoritairement les rangs du Grand Conseil.

Résultat, toute la gauche et les Verts pour la motion, toute la droite contre, soutenue pour l’occasion par deux député-e-s indépendants se réclamant de gauche, dont un est sortie du mutisme qui le caractérise au parlement pour rompre courageusement une lance dans la noble cause de la défense des habitant-e-s du quartier de la Servette contre le péril de dimanches sans voiture au bord du Lac !

Retrouvez la motion en cliquant ici !

par Pierre Vanek, député EàG,
pierre.vanek@gc.ge.ch