fbpx

Le Grand Conseil était saisi de la demande d’un crédit d’étude de trois millions en vue de réaliser une télécabine urbaine avec la mise en place de pylônes de 60 à 75 mètres de haut tous reliés au sol par de nouvelles routes. Un bon prétexte, avoué d’ailleurs par le ministre des transports, pour bien prendre son temps avant de réaliser les compléments nécessaires au Léman Express. D’autre part, le WWF nous avait mis en garde… les câbles de téléphérique peuvent être redoutables pour la faune aviaire. Ce projet, malgré quelques manœuvres dilatoires, a heureusement été refusé par le Grand Conseil.

Le Grand Conseil a donc examiné un projet du Conseil d’Etat  – en fait un crédit d’étude de trois millions – remontant à l’ère Barthassat en vue de réaliser une télécabine urbaine. Il a été d’entrée évident pour Ensemble à Gauche qu’un projet de ce type pouvait retarder, en se donnant bonne conscience, la mise en place, au sol, de voies de trams ou de bus ainsi que de pistes cyclables. Il convient d’ajouter que ce réseau aurait nécessité la construction de pylônes de 75 mètres de haut, une altitude qui correspond à la hauteur des nouveaux immeubles des Acacias, tous reliés au sol – car il s’agit là d’une obligation légale – par des voies d’accès et donc des routes. Ce projet n’aurait certainement, s’il avait été accepté, jamais vu le jour car on imagine la pluie de recours des habitants observés par les passagers contre une atteinte massive à leur vie privée. De plus, la Rade et Genève en général constituent avec près de 200 espèces l’un des sites aviaires les plus importants d’Europe, dixit le WWF, et l’on sait que les oiseaux nocturnes en particulier se fracassent contre les câbles de téléphériques. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le hibou grand-duc a quasiment entièrement disparu en raison du maillage des câbles qui encombrent nos Alpes. Alors oui… nous voulons continuer à observer des grèbes huppés et voir s’envoler vers le firmament de beaux cygnes tuberculés blancs.

Le vote a été serré mais que l’on se rassure… Genève ne se transformera pas en Téléverbier et il est heureux que le Grand Conseil ait refusé un projet grandiloquent qui aurait totalement défiguré notre espace urbain.

Christian Zaugg