fbpx

Le renvoi au Conseil d’Etat de la pétition demandant « le maintien du chalet Florimont à Gryon destiné aux séniors de Genève » a été refusé. Les 3 295 signatures recueillies principalement par l’AVIVO n’ont pas trouvé un écho favorable auprès des député-e-s ; seule EàG a estimé qu’il convenait de tenter d’accélérer les choses pour ouvrir à nouveau cette maison.

Le chalet, qui offrait moult activités prisées par les aîné-e-s du canton, est fermé depuis janvier 2017 et rien ne permet d’imaginer à quel moment il pourra à nouveau être fonctionnel. Assez étrangement, les partis qui s’opposent à ce que le gouvernement se sente concerné estiment qu’une solution serait souhaitable pour ne pas brader cet élément du patrimoine de l’Etat, mais trouvent toutes sortes de prétextes pour dénigrer la raison d’être du chalet.

La question de la baisse du taux de fréquentation a en particulier été présentée de manière travestie et inutilement dramatique. Non seulement l’Hospice général (HG) ne faisait aucune publicité sur son site internet mais le calcul était aussi faussé car il s’effectuait sur les 34 lits du chalet et non sur le total de 26 chambres (18 chambres simples et 8 chambres doubles).

Ainsi, même si les 26 chambres étaient occupées toutes par une personne (l’occupation des chambres doubles par 2 personnes étant rare), le taux annoncé était de 76,4% au lieu de 100%… Dans les faits, nonobstant le taux faussé au départ, l’occupation moyenne entre 2002 et 2015 était de 70,1% !

Certes, offrir des prestations aux aîné-e-s du canton a un coût et ce n’est pas vraiment la mission de l’HG de s’occuper de ce genre d’activités, ni à lui d’éponger le déficit. Mais laisser pourrir la situation dans un désintérêt général n’est pas responsable, ni de bon augure pour l’avenir du chalet Florimont.

Retrouvez la pétition en cliquant sur le lien suivant : P01990

par Olivier Baud, député EàG,
olivier.baud@gc.ge.ch