fbpx

Un crédit d’étude de plus de trois millions pour la rénovation de l’Hôpital de Loëx a passé la rampe de justesse au Grand Conseil. Ensemble à Gauche y a joué un rôle déterminant. Notre groupe a défendu, tout d’abord en commission puis en plénière, ce crédit d’étude pour la rénovation de l’Hôpital de Loëx qui en a bien besoin.

En effet, les bâtiments dénommés: Arve 3, Aïre et Allondon sont dans un triste état et ne permettent plus d’accueillir – et c’est un euphémisme – dans de bonnes conditions des patient·e·s en attente d’un placement en EMS ou présentant une problématique médicale particulière. Ces bâtiments sont certes situés en zone agricole mais le projet n’a aucun d’impact sur le périmètre en matière d’empiétement. Ledit projet permet de passer de 112 lits dans le secteur dit d’attente à 168 lits ce qui représente une augmentation très sensible et bienvenue  de la capacité d’accueil de l’établissement.

Des conditions de séjour inadmissibles !
Cette rénovation était aussi urgente qu’impérative. Il faut en effet savoir que les conditions actuelles d’hébergement sont totalement inadmissibles… Il n’y a, en tout en pour tout, que quatre toilettes, une douche et une salle de bains par unité de 28 lits. Cette situation oblige aujourd’hui les patient·e·s à traverser les couloirs et à ne prendre qu’une douche par semaine…inacceptable !

Alors fi des réticences de la droite fondées sur la ratiocination et une argumentation qui veut absolument déclasser la zone avant d’installer une douche. L’urgence s’imposait car c’est en ce moment que les malades vivent l’enfer. Notre détermination a été essentielle et nous sommes heureux d’améliorer par ces travaux, à court et moyen terme, le confort des patient·e·s de l’Hôpital de Loëx qui ne peuvent continuer à vivre dans des conditions dont il n’est pas exagéré de dire qu’elles qui prennent des libertés avec le respect des droits humains.

Christian Zaugg