fbpx

Le Grand Conseil a refusé après la mise en lumière du problème par Ensemble à Gauche, le crédit de bouclement du crédit de l’Hôtel de Police (PL 12446-A). Des millions auront été dépensés par les gouvernements successifs depuis 1985 en pure perte… un scandale !

Ensemble à Gauche ne comprend pas et l’a dit haut et fort lors de la dernière session du Grand Conseil toutes les tergiversations de l’Etat qui l’ont conduit à engager et à dépenser des montants importants pour un Hôtel de Police qui n’auront servi à rien ou si peu. Rappelons que le projet initial consistait à regrouper l’état-major et tous les services de la police sur le site de la Gravière. Une première étape a, par voie de conséquence, été réalisée et en 1993 un bâtiment a été mis en service. Bien… mais il aura fallu attendre 14 ans pour reprendre les études en 2007. Deux variantes ont alors été proposées : la première maintenait le projet à la Gravière et une autre envisageait de construire l’Hôtel à Bernex.

Nonobstant, le Conseil d’Etat a dû revoir à la baisse son crédit d’investissement par manque de liquidités et le projet a été rétrogradé en priorité 2. Ajoutons à cela que le PAV est entré en force et qu’il prévoit la construction de nombreux logements dans la partie Est de son périmètre. Il a donc fallu reprendre les choses depuis le début et les dernières évaluations proposent une décentralisation du NHP sur trois sites : l’Hôtel de Police actuel à la Jonction (en fait une location), le Sapay qui conserverait la police routière et un site principal qui serait construit à Bernex.

Force est donc de constater que le Conseil d’Etat a manqué de vista et de détermination dans cette affaire et qu’il est exclu d’imaginer, devant tant de cafouillage, l’inauguration d’un Hôtel de Police en 2030.  Nous devons par conséquent constater que des millions sont ainsi partis en fumée, en pure perte ce qui représente un échec majeur du Conseil d’Etat entendu comme une institution depuis 1985 ! Suite au prochain numéro… mais quand ?