fbpx

La nouvelle Loi sur les institutions publiques (LOIDP) votée à Genève est un gros paquet ficelé… Personne n’avait vu qu’au passage, le Conseil d’Etat s’était approprié par cette loi et pour lui seul, la prérogative d’approuver (ou non) le budget des SIG.

Face à ce mauvais coup du gouvernement contre le contrôle démocratique d’un service public qui est au cœur de la politique énergétique genevoise et qui délivre des prestations vitales à tous nos habitant-e-s, EàG vient de déposer un projet de loi, appuyé par une majorité des partis, pour revenir au statu quo ante, soit un budget soumis au parlement. On peut juste regretter que les Verts aient refusé de le signer, au motif incongru, de l’«autonomie» nécessaire des SIG.

En effet, la LOIDP livre les SIG pieds et poings liés au gouvernement qui a déjà – par ailleurs – d’autres pouvoirs importants en matière de tarifs et de nomination de directeurs-trices notamment, ce qui n’a rien de très «autonome».

Mais surtout, un débat public au Grand Conseil, où tous les partis sont représentés, sur un budget de l’ordre de celui de la Ville de Genève, n’est-il pas plus transparent et démocratique qu’un débat au seul Conseil d’Etat, à huis-clos, à la Tour-Baudet? Même si les Verts y sont représentés, pour le moment.

Retrouvez le projet de loi en cliquant ici !

par Pierre Vanek, député EàG,
pierre.vanek@gc.ge.ch