fbpx

Par un habile tour de passe-passe, le PLR se posant en épouvantail, a obtenu de faire passer au Grand Conseil un budget d’austérité apparemment soft, ceci pour des raisons électorales. Pourtant, il n’a pas eu à le voter: il s’en est sorti en s’appuyant sur ses congénères PDC et en instrumentalisant PS, Verts et MCG pour qu’ils le défendent au nom du «moindre mal» ou du verre «à moitié plein», et qu’ils refusent au nom du risque imaginaire de «tout faire capoter» la moindre amélioration sociale en plénière…

Le PLR a joué à refuser le budget, mais c’était une comédie, il ne voulait ni ne pouvait en effet guère désavouer, à trois mois des élections, un gouvernement où il est majoritaire avec le PDC, et dont il détermine pour l’essentiel l’orientation. Les libéraux-radicaux ont ainsi annoncé un rapport de «minorité» contre le budget, qu’ils n’ont pas déposé, restant même étonnamment discrets depuis leurs bancs… Ceci ne les a pas empêché, via leur président de la Commission des finances, de désigner un socialiste pour défendre le budget en lui prêtant sa crédibilité d’homme de gauche.

Lors de ces débats en trompe-l’œil, EAG a, par contre, dénoncé un budget qui ne répond pas aux besoins croissants de la population et qui plie devant le manque de ressources induit par les cadeaux fiscaux à répétition aux nantis… Nous avons e revanche soutenu le rétablissement de l’annuité entière pour les employé·e·s du secteur public. Mais surtout, nous avons proposé de verser les 8,8 millions de marge à disposition des député-e-s pour permettre aux institutions de droit public (HUG, IMAD, HG, EMS, EPI…) de financer la totalité de leurs mécanismes salariaux sans les contraindre à couper dans les prestations indispensables qu’elles délivrent. Avec les votes du PS, des Verts, du MCG et de 2 député·e·s indépendants, nous avions les 51 voix nécessaires… Mais c’est le sang-froid qui leur a manqué.

Nous avons aussi proposé l’augmentation d’un demi-centime additionnel, qui aurait pesé avant tout sur les plus gros contribuables et aurait rapporté 18 millions, pour donner aux HUG les moyens de respecter de la Loi sur le travail (15 millions, selon le directeur de cet établissement, les 3 millions supplémentaires étant destinés à l’IMAD pour combattre les sous-effectifs chroniques qui péjorent les prestations à nos aînés). Mais même cette proposition modeste de… financer le simple respect de la loi a paru trop audacieuse pour être soutenue par le PS et les Verts.

En réaction à notre demi-centime additionnel, le PLR a proposé par pure provocation une coupe d’un montant équivalent dans l’autre sens… soit un cadeau fiscal de 18 millions aux plus gros contribuables. Comme l’a reconnu le rapporteur de majorité du budget, le socialiste Alberto Velasco: « D’un côté on a une proposition de gauche d’EAG pour les pauvres et la majorité de la population, de l’autre on a une proposition PLR pour les riches et la minorité ». En effet !

par Pierre Vanek, député EàG,
pierre.vanek@gc.ge.ch

Cliquez ici pour retrouver le rapport de Jean Batou contre le budget 2018 d’austérité.