fbpx

Genève manque cruellement de logements répondant aux besoins de la population. La construction d’appartements de luxe et de propriétés par étage (PPE) permet aux promoteurs de faire de juteux profits, alors que ces logements restent inaccessibles à la grande majorité d’entre nous. Les locataires subissent des hausses de loyers, peinent à trouver des logements abordables et sont victimes de contrats de bail toujours plus défavorables. Pour Ensemble à Gauche, le logement n’est pas une marchandise, mais un droit fondamental. Il est urgent de mettre en place une véritable politique du logement.

+ DE LOGEMENTS ABORDABLES
Avec 0,5 % de logements libres, Genève est le canton de Suisse qui a le moins d’appartements disponibles. Cette pénurie fragilise les locataires. Or, depuis 10 ans, 50 % des nouvelles constructions ne sont que des appartements à vendre et des villas hors de prix, que seule une petite minorité peut se payer. Nous devons construire des logements sociaux et d’utilité publique qui font cruellement défaut.

DES LOYERS MOINS CHERS
Construire davantage de logements abordables fera baisser les loyers. Mais il faut également obliger les propriétaires à respecter la loi et à appliquer les baisses de loyer automatiquement, notamment lors des baisses des taux hypothécaires. Le logement est un droit, c’est pourquoi nous devons combattre l’enrichissement des propriétaires sur le dos des locataires.

Nos propositions

  • Baisse obligatoire et automatique des loyers en fonction du taux hypothécaire
  • 80 % des nouvelles constructions doivent être des logements locatifs
  • 50 % des nouvelles constructions doivent être des logements abordables (LUP)
  • 30% des nouvelles constructions doivent être des logements subventionnés (HBM)
  • Renforcement du contrôle des loyers
  • Expropriation des logements laissés vides
  • Cession de terrains de l’État à la Caisse de prévoyance des fonctionnaires (CPEG) pour financer du logement abordable à Praille-Acacias-Vernets (initiative du Cartel intersyndical et de l’ASLOCA)
  • Renforcement de la protection des locataires contre les congés abusifs